RDC : Amos Mbayo brise le silence, il fait la lumière sur les travaux de réfection en cours au Stade des Martyrs

0

La première phase des travaux amorcée avec la réfection des vestiaires et du hall principal de l’antre de la commune de Kinshasa, censés répondre aux normes internationales. Suivront l’implantation d’une pelouse naturelle dernière génération ainsi que la pose de 80.000 sièges…

Le ministre des Sports et Loisirs, Amos Mbayo Kitenge, a brisé le silence. Jeudi, à la faveur de l’émission «Grandes gueules» sur la RTGA radio, il a entrepris de faire la lumière sur les travaux de réhabilitation des infrastructures sportives rentrant dans le cadre des chantiers inscrits sur la feuille de route du ministère des Sports. Amos Mbayo Kitenge, qui a inspecté le même jour le chantier du Stade des Martyrs, soutient que la première phase des travaux a déjà débuté avec l’amorce de la réfection des vestiaires et du hall principal ainsi que la pose prochaine d’une pelouse naturelle dernière génération et de 80.000 sièges. «A l’issue d’une mission d’inspection initiée par le ministère des Sports sous la supervision de l’inspecteur CAF Emmanuel Kande, le gouvernement a débloqué 350.000 dollars pour la réhabilitation de 6 vestiaires du stade des Martyrs, déjà en pleine retouche», a affirmé le ministre. Au cours de cet entretien, Amos Mbayo a réaffirmé sa volonté de doter le pays des infrastructures dignes, à travers toutes les provinces, conformément au programme du gouvernement. «La construction des stades municipaux entrent dans le cadre du programme du gouvernement présenté aux parlementaires par le PM Sylvestre Ilunkamba», a-t-il laissé entendre avant de poursuivre: «et dans le programme du ministère des Sports que nous avons soumis au gouvernement, tous les sites où devront intervenir des travaux de construction ou réhabilitation des stades ont été répertoriés». Le stade Tata Raphaël sera doté d’une pelouse hybride. Entretien.

Que pouvons-nous retenir du Programme de vos 1ers 100 jours à la tête du ministère des Sports?

A l’issue d’une mission d’inspection initiée par le ministère des Sports sous la supervision de l’expert FIFA en matière des stades, Emmanuel Kande, le gouvernement a débloqué 350.000 dollars pour la réhabilitation de 6 vestiaires du stade des Martyrs, déjà en pleine retouche. Cette mission était composée du 1er ministre Sylvestre Ilunkamba ainsi que du président de la FECOFA Constant Omari. Dans quelques jours, je serai à la tête d’une délégation d’inspection devant nous permettre de faire un rapport au Premier ministre sur l’avancement des travaux. Les éléments que nous lui fourniront nous permettront de voir comment continuer les travaux de réhabilitation de ce joyau qui, du reste, est toujours inachevé. Et en tant que passionné des sports, je ne pourrai pas agir dans la précipitation de peur d’effectuer un travail bâclé. Par ailleurs, le chef de l’Etat avait promis, il y a quelques mois, la construction d’une arène juste à côté de ce stade mythique dans le cadre des Jeux de la Francophonie, repoussés de deux ans. Ce report nous permettra de finir ces travaux à temps afin d’accueillir cette manifestation sportive, culturelle et scientifique.

Où en sommes-nous avec le projet des stades municipaux qui devraient voir le jour à travers le pays?

La construction des stades municipaux entrent dans le cadre du programme du gouvernement défendu devant la Représentation nationale par le Premier ministre Sylvestre Ilunkamba. Et dans le programme du ministère des Sports que nous avons soumis au gouvernement, tous les sites où devront intervenir des travaux de construction ou de réhabilitation des stades ont été répertoriés. Pour ce qui est de Kinshasa, plusieurs stades municipaux ont vu le jour dans le cadre du Projet de construction des stades municipaux de Kinshasa -PROSTAM-, initié par l’ancien Premier ministre Matata Ponyo, sauf celui de la commune de Bandalungwa, encore inachevé. Nous avons engagé, pour ce faire, des discutions avec le BCECO pour que ce dernier finance la finalisation des travaux de cette infrastructure avant de nous lancer à l’assaut de l’intérieur du pays, notamment au Kongo central où les travaux du stade Lumumba de Matadi sont à l’arrêt. Mais la grande difficulté pour mener à bien cette mission c’est l’irruption contre le Coronavirus qui retient l’attention de tous et dont l’éradication nécessite des grands moyens.

En dehors du financement, quelles sont les difficultés que vous avez rencontrées depuis que vous êtes à la tête du ministère des Sports et Loisirs?

La grande difficulté réside dans l’organisation du sport. La loi sportive RD-congolaise est contestée par certains acteurs et ne s’adapte pas aux normes de la FIFA. Afin d’y remédier, une équipe composée de 6 Commissions a été mise sur pied afin de travailler sur la réforme des textes existants. A ce jour, la Commission juridique a fini d’apporter des amendements à la loi sportive. Il ne nous reste plus que de présenter le résultat de ces travaux en Conseil des ministres pour examen avant le vote de l’Assemblée nationale.

Retranscrit par Brice NLANDU