ActualitésDossier à la UneNationPolitique

RDC: Le groupe parlementaire AAB décide d’interpeller le VPM Kankonde

Dans une déclaration politique sanctionnant leur réunion tenue samedi 13 juin au Palais du peuple à la suite des événement survenus vendredi 12 juin 2020 au siège du Parlement RD-congolais où les policiers ont bloqué l’accès dans l’enceinte de l’Hémicycle, les députés membre du groupe parlementaire Action alternative pour le bien-être -AAB- ont pris l’engagement d’interpeller le vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur, sécurité et affaires coutumières, Gilbert Kankonde, en vue de s’expliquer sur la énième humiliation dont les députés sont victimes. La journée du vendredi 13 juin 2020 reste gravée dans les annales de mauvais souvenirs des élus nationaux de la troisième législature de la 3ème République. En fait, c’est vers 10 heures que les députés ont constaté avec émoi que les policiers ont érigé des barrières et leur ont refusé l’accès au Palais du peuple. «Nous sommes instruits par la hiérarchie pour vous empêcher d’entrer pour ne pas organiser l’élection du 1er vice-président de l’Assemblée nationale», répondaient aux élus  nationaux certains agents de l’ordre commis dans différentes entrées du Palais du peuple. Face aux bousculades et aux paroles déplacées dont ils ont été victimes à la devanture du Palais du peuple de la part des policiers, les députés de groupe parlementaire AAB se disent être inquiets de la dérive que tend à prendre la jeune démocratie en RD-Congo. Considérant que l’article 7 du Règlement intérieur de l’Assemblée nationale consacre la neutralité et l’inviolabilité de l’enceinte du siège de la Chambre basse et qu’aucune autorité administrative, judiciaire ou militaire n’est autorisée à exercer ses prérogatives dans l’enceinte de cette Chambre législative sans l’accord préalable de son président, les députés membres de l’AAB ont condamné avec fermeté la violation du siège de leur institution. Selon le député Jean Ilongo Tokole qui a lu la déclaration, les membres du groupe parlementaire AAB ont ainsi demandé au gouvernement de la République de prendre toutes les dispositions qui s’imposent pour que pareille mésaventure situation ne se reproduise plus. A leurs collègues élus nationaux, les membres du groupe parlementaire AAB ont demandé de ne pas céder à la provocation et rester solidaire avec et focalisés uniquement sur les intérêts du peuple. Dans leur déclaration, les mêmes députés ont réitéré leur soutien à la présidente de l’Assemblée nationale, Jeanine Mabunda Lioko, ainsi qu’à l’ensemble de membres du bureau de leur Chambre basse pour les démarches menées pour sauvegarder la dignité et l’honneur de l’élu national et de l’Assemblée nationale. Par la même occasion, le groupe parlementaire AAB a pris l’engagement d’interpeller le vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur en vue d’éclairer la lanterne de la représentation nationale sur cette énième humiliation dont elle est victime.

Dorian KISIMBA 

Articles similaires

Fermer
Fermer