ActualitésDossier à la UneJustice

RDC-Enquête judiciaire 100 jours : la version de Bitakwira dans l’affaire de 1.500 maisons

Le droit de réponse du ministre honoraire Justin Bitakwira relatif à l’article paru dans le journal Africa News de ce vendredi 17 avril 2020, ou j’ai été cité à la Une de cette parution,  avec comme titre,  1500 logements sociaux-Samibo: les vrais protagonistes se démasquent. Bitakwira lié par 13 millions de dollars. Voilà la raison qui justifie ce droit de réponse pour que la vérité soit connue de tous.

En 2018, le ministre du Développement rural Justin Bitakwira a reçu une correspondance du Premier ministre Bruno Tshibala, l’instruisant de formaliser un marché de gré à gré portant construction de 900 logements sociaux pour une valeur totale de 26,7 millions de dollars américains avec la Société SAMIBO-Congo.

Faisant suite à cette instruction, le ministre Justin Bitakwira a mis ses services au profit de son Cabinet et du Secrétariat général au Développement rural pour la mise en œuvre de ce dossier.

Le projet de contrat y relatif a été ensuite envoyé au Premier ministre et à la Direction générale du contrôle des marchés publics «DGCMP» pour l’approbation et l’autorisation. Ayant obtenu l’accord du Premier ministre et de la DGCMP, le ministre Justin Bitakwira a signé le contrat avec Monsieur Jammal et le dossier de nouveau envoyé à la DGCMP afin d’obtenir l’avis de non objection du projet.

Apres l’obtention de l’avis de non objection, le dossier fut transmis au ministre du Budget pour liquidation, mais faute de moyen financier, le dossier est resté dans cet état jusqu’en janvier 2019. Après l’arrivé au pouvoir du Chef de l’Etat, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, le ministre Bitakwira apprendra par son Secrétaire général que le dossier a été aligné sur la liste des travaux de 100 jours, mais qu’il a subi des modifications au niveau de la Présidence nécessitant régularisation de sa part. C’est alors que, le Secrétaire général qui siégeait dans la commission mise sur pied par la Présidence de la République pour le suivi de ce dossier lui transmettra une note technique et un projet d’avenant pour signature et transmission à la DGCMP. Au mois de juillet 2019, la DGCMP adresse une correspondance au ministre Bitakwira pour lui signifier son refus d’accorder l’avis de non objection au motif que la modification du projet autorisé par la loi en la matière ne devait pas dépasser 15% de la valeur initiale alors que, pour le cas sous examen, la valeur du marché était à plus du double et qu’il s’agissait en définitive d’un nouveau marché. Entre temps, la même DGCMP, rejette l’avenant du ministre, comme quoi, il ne devait le signer mais le soumettre comme projet, sans signature de sa part. C’est celui-là qu’on brandit partout.

Au mois d’août, le ministre Bitakwira a fait la remise et reprise avec l’actuel animateur du ministère du Développement rural et a laissé ce marché dans cet état. Le ministre honoraire n’était pas au courant ou associé à toutes les péripéties liées à ce marché depuis lors -son exécution ou décaissement des fonds-, jusqu’à ce qu’il apprenne comme tout le monde par la presse, l’arrestation de Monsieur Jammal, en suite celle du Directeur de Cabinet du Chef de l’Etat.

Toutefois, cette semaine, le ministre honoraire Bitakwira a été invité deux fois au Parquet général de Matete à la 4émè Rue Limete pour fournir ses informations sur les correspondances et ledit Avenant rejeté portant sur marché et a été confronté au Directeur de Cabinet du Chef de l’Etat à la Prison de Makala -CPRK. Toute la documentation relative à cette affaire a été déposée au Procureur général Près la Cour d’appel de Kinshasa/Matete et Bitakwira a été lavé et vaque normalement à ses occupations, le reste n’est que spéculation car il a géré aucun franc de ce projet.

Presque tout a été modifié:

  • Les maisons sont élevées de 900 à 1500;
  • Les provinces de 9 à 5;
  • Le montant de 26,7 millions à 57 millions;
  • Des nouveaux villages des jeunes dans les milieux ruraux, une partie au Camp Tshatshi pour les militaires;
  • Les exécutants qui devaient être de la Direction de l’habitat rural, à la Garde républicaine.

Chargé de Communication de Justin BITAKWIRA

KAYEMBE BALANGANAYI Martin

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer