Etranger

Changements climatiques: l’Océan indien plus que jamais impacté

imagesAfin d’attirer l’attention de l’opinion publique et des politiques sur les impacts du changement climatique dans le sud-ouest de l’océan indien que les scientifiques du Western Indian Ocean Marine Science Association –WIOMSA-ont rédigé conjointement une déclaration, qui sera portée à Paris lors de la COP21.

 

Cette communauté rassemblant plus de 500 scientifiques s’est réunie, lors de leur symposium fin octobre 2015 en Afrique du Sud, et met en exergue les conséquences que pourrait avoir le réchauffement climatique sur notre environnement immédiat.

«Ces défis ne peuvent être relevés qu’à travers une coopération globale et des actions à l’échelle internationale», insiste le WIOMSA. Au-delà de ces craintes générales, les scientifiques venus de pays du Sud-Ouest de l’Océan indien détaillent plusieurs changements méritant d’être considérés comme alarmants. Premièrement, le déclin des ressources dans l’écosystème, mais aussi de la diminution des coraux, algues, et mangroves qui sont à la base de l’écosystème des littoraux.

Deuxièmement, l’augmentation d’un climat parfois destructeur, avec des orages et averses conséquents, mais aussi des températures de plus en plus chaudes, qui ont tous des impacts sur les populations humaines.

Troisièmement, ils rappellent que 2015 possède le triste record de l’année la plus chaude, et que nos récifs coralliens seront bientôt exposés à un blanchissement au niveau mondial au début de l’année 2016. «Le réchauffement des océans, conséquences du changement climatique, représente une menace importante pour les populations littorales», soulignent les scientifiques dans leur discours.

 

Un message pour les puissants

 

Au regard des conséquences qui pourraient en découler, les scientifiques du WIOMSA sont donc convaincus que le changement climatique est probablement l’enjeu mondial le plus important du 21èmesiècle.

Ses effets sont déjà ressentis à travers le monde entier, font-ils remarquer. Avant d’ajouter : «en réalité, certains écosystèmes et leurs environnements immédiats dans la région approchent actuellement le point de non-retour, à partir duquel certains changements seront irréversibles».

Des changements qui risquent fort de détruire les espoirs des populations d’avoir une vie meilleure dans le futur, mais également de saper les tentatives de réussir le développement durable pour les pays de l’ouest de l’océan indien, à en croire les auteurs de cette déclaration.

Autant de raisons qui les poussent à s’adresser aux acteurs de la COP 21, qui ont le pouvoir de changer le futur de l’écologie, pour l’humanité. «Nous appelons les dirigeants présents à la COP 21 et leurs gouvernements respectifs à se rendre compte de leur pouvoir et à réduire notre dépendance collective à l’industrie et aux activités fortement émettrices de gaz à effet de serre, en favorisant les investissements dans l’économie verte ou l’économie bleue. Il est urgent de mettre en place des gouvernances inspirées et des solutions créatives. Bien que les inquiétudes soient légitimes, nous avons aussi beaucoup d’espoir, et encore une opportunité de changer les choses», concluent-ils dans leur rapport.

 

Christian Joseph MUTOMBO

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer