Sports

Moisson abondante pour Emile Ngoy et le tennis RD-congolais

Les lignes bougent à la Fédération congolaise de lawn tennis – FECODELAT. Résolument engagée à développer la pratique du tennis en RD-Congo, la nouvelle équipe dirigeante de la FECODELAT ne cesse de multiplier d’efforts louables tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays en vue d’atteindre cet objectif. Ayant pris part active à l’Assemblée générale de la Fédération internationale de tennis -ITF- 2016, qui s’est déroulé du 20 au 24 juin dernier à Zagreb, capitale de la Croatie, Emile Ngoy, président de la FECODELAT, a récolté une moisson abondante. Son plaidoyer en faveur du tennis RD-congolais a largement touché l’assistance, notamment David Haggerty, président de la Fédération internationale du tennis. Résultats: sur le plan des infrastructures, l’ITF s’est engagée à réhabiliter et à moderniser les deux cours de tennis du stade des Martyrs et à construire un terrain pour la pratique du tennis dans chaque province. L’ITF a également pris l’engagement de former au moins 26 entraineurs RD-congolais de niveau 1. Des experts et entraineurs de haut niveau seront dépêchés à Kinshasa pour assurer cette formation. Aussi, l’ITF a promis d’octroyer des bourses aux jeunes talents RD-congolais pour un stage à l’étranger.
A la tête de la Fédération congolaise de lawn tennis depuis un an, Emile Ngoy s’affiche très dynamique et passionné pour le développement du tennis en RD-Congo. Après avoir récemment participé à l’Assemblée générale annuelle de la Confédération africaine de tennis -CAT- à Pretoria en Afrique du sud, Emile Ngoy est de retour de Zagreb en Croatie où il a pris part à l’Assemblée générale de la Fédération internationale de tennis -ITF-, sur invitation personnelle du président David Haggerty. Pour cette première participation de la RD-Congo, Emile Ngoy s’est montré pertinent. A sa prise de parole lors de ce sommet, il a présenté le cahier des charges de la FECODELAT dans lequel il est fait un plaidoyer pour le développement du tennis en RD-Congo. «J’ai personnellement remis un mémorandum de la FECODELAT au président David Haggerty et nous avons constitué une équipe avec laquelle j’ai travaillé âprement. Et déjà, je viens de recevoir les suites de tous ces entretiens-là. Ainsi, l’ITF s’est engagée à réhabiliter et à moderniser les deux cours de tennis du stade des Martyrs. Au plus tard, le 1er octobre, ça sera fait», a déclaré Emile Ngoy.
Le président de la FECODELAT a également fait savoir qu’à court terme, toujours au niveau des infrastructures, l’ITF s’est engagée à donner des moyens pour la construction des terrains de substitution pour la pratique du tennis. «Nous sommes une population de plus de 60 millions. Et beaucoup de jeunes RD-congolais à Kinshasa, Goma, Kananga, Katanga, Mbuji-Mayi, Bukavu et partout à travers le pays veulent jouer au tennis. Etant fier d’être une discipline qui crée des stars planétaires et des grands champions au même titre que les footballeurs et les basketteurs, nous voulons que les jeunes talents RD-congolais puissent accéder sans trop de difficultés aux infrastructures de tennis qui est devenu un sport de masse», a-t-il souhaité.
Formation de 26 entraineurs
Pour avoir mis l’accent sur les stages de formation des entraineurs dans son plaidoyer, Emile Ngoy a également indiqué que l’ITF a pris l’engagement de former au moins 26 entraineurs de niveau 1 pour la RD-Congo. Dans cette perspective, des experts seront envoyés d’ici peu à Kinshasa pour assurer cette formation. Ceci permettra à la RD-Congo d’avoir un entraineur de niveau 1 pour chaque province. Par ailleurs, Emile Ngoy a noté qu’il a également obtenu des engagements fermes de l’ITF en ce qui concerne la bourse des athlètes. «Nos joueurs sont bourrés de talents. Il faut donc leur permettre d’aller en stage dans des grands pays où il y a des infrastructures mais aussi du répondant», a affirmé Emile Ngoy tout en signalant que plusieurs grandes fédérations de tennis ont promis des stages aux athlètes RD-congolais. Notamment celles de la France, des Etats-Unis, de la Suisse et bien d’autres. A l’en croire, il y a déjà un premier stage qui vient d’être arrêté. Il s’agit de la formation de dirigeants qui va se faire dans peu de temps, soit dans deux mois.
Concernant la participation de Denis Indondo Aboma, champion d’Afrique et double médaillé d’or en équipe et en simple des Jeux africains de Brazzaville, Emile Ngoy a laissé entendre qu’à l’issue des échanges, il a été dit qu’il méritait de représenter l’Afrique à ces jeux. Mais la difficulté est qu’il n’entre pas dans les critères préalablement retenus, notamment le classement au niveau de l’ATP. Le premier africain le mieux placé dans ce classement, c’est un Tunisien, Malek, qui est 60ème au monde. «Notre champion Aboma est beaucoup plus bas que ça. Nous avons fait une grande proposition qui est soutenue par le président de la Confédération africaine de tennis. C’est que la CAN soit qualifiante pour les Jeux olympiques. Des discussions seront engagées dans cette optique d’ici trois mois à Londres. Nous allons également débattre sur la possibilité de pouvoir considérer le rôle d’invité. De ce point de vue, j’ai proposé la candidature de Denis Indondo. Le document est déjà parti et j’attends la suite», a indiqué Emile Ngoy. De son avis, la RD-Congo a été à l’honneur et appréciée à sa juste valeur lors de cette rencontre. Emile Ngoy a témoigné que, dans son discours d’ouverture, le président de l’ITF a rendu hommage à un certain nombre de pays parmi lesquels la RD-Congo dont il a salué la première participation. «Nous avons rebondi sur ce discours pour solliciter à l’ITF de ne pas mettre toutes les fédérations sur le même pied d’égalité, car il y a des fédérations qui reçoivent des subsides de l’Etat et ceux qui ne les reçoivent pas. De manière à ce que nos engagements vis-à-vis de l’ITF, notamment nos cotisations annuelles soient pondérées au regard de cet élément», a déclaré Emile Ngoy.
Une assemblée refondatrice
Pour Emile Ngoy, cette Assemblée générale de Zagreb peut être qualifiée de refondatrice, car parmi les points à l’ordre du jour, figurait notamment la réforme institutionnelle. A l’en croire, les participants à cette rencontre ont amendé un grand nombre des dispositions concernant les textes fondateurs de l’ITF. «L’ITF a mis un accent particulier sur l’intégrité dans le tennis. Ce, en indiquant que les scandales de la FIFA et de l’athlétisme sont en train de jeter des doutes sur les grandes fédérations. Le président nous a donnés un agenda nouveau pour le tennis mondial. Il veut faire une organisation des nations qui va travailler de manière très étroite avec les fédérations. C’est-à-dire que mon rapport peut quitter ma table et se retrouver directement sur la table de David Haggerty. Et au niveau de la zone 3 Afrique, la Confédération va jouer un rôle de coordination qui sera tout aussi essentiel parce que nous jouons la plupart de tournois dans les zones», a révélé Emile Ngoy. Toujours dans le cadre de la refondation, les participants ont mis un accent particulier sur la notion de l’intégrité et de la transparence. Ils se sont engagés à lutter contre le dopage et la fraude, dans antivaleurs combattus dans le programme stratégique du président de l’ITF nommé «l’ITF 2024». Considérant que le tennis est devenu un sport de masse, ils ont convenu d’organiser des tournois para tennis pour les personnes vivant avec handicap.
Guylain LUZAMBA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer