Sports

Mazembe-Vita, 20 morts

DRAME AU STADE TATA RAPHAËL
 

Une joie perturbée des joueurs du TP Mazembe, sacré champion de la D1 Vodacom
Une joie perturbée des joueurs du TP Mazembe, sacré champion de la D1 Vodacom
Le pire est arrivé à l’issue de la rencontre V.Club-Mazembe, dimanche 11 mai au stade Tata Raphaël de Kinshasa. Un drame à l’occasion de la dernière journée des play-offs de la LINAFOOT que les Kinois de l’AS V.Club avaient juré de remporter pour se hisser à la première marche du podium, s’offrir le titre et arracher l’une des deux places à la prochaine  Ligue des champions de la Compétition africaine de football. Le derby a viré à la tragédie après la victoire de Mazembe grâce à l’unique réalisation du Ghanéen GladsonAwako à la 25ème minute de la partie. Selon des témoins, peu avant la fin du match, les supporters verts et noirs ont commencé à lancer des projectiles sur l’aire de jeu, occasionnant la réaction des forces de l’ordre déployées dans et aux alentours du stade.
La tension était vive des jours voire des heures avant cette rencontre. Privés de retransmission en direct des tous les matches joués en déplacement par leur équipe, les Moscovites -supporters de l’AS V.Club- avaient interdit le direct du duel de ce dimanche et déclaré les reporters sportifs de la RTNC personae non gratae. Dans la soirée, le ministre de l’Intérieur, Richard Muyej, accompagné du gouverneur de la ville province de Kinshasa, André Kimbuta, sont allés à l’Hôpital général de référence de Kinshasa-ex-mamaYemo, où ils ont établi dans un premier temps un bilan de 15 morts.
Des sources confient cependant que le nombre s’est progressivement alourdi, passant à 22 morts. Alors que le stade Tata Raphaël est en proie à une menace de la CAF, les incidents de ce dimanche risquent de pénaliser V.Club, qui reçoit le dimanche 18 mai les Egyptiens de Zamalek dans le cadre de la 1ère journée de la phase des poules de la Ligue des champions Orange. Placé dans le même groupe que Mazembe, V.Club risque de jouer tous ces matchs en dehors de Kinshasa sinon à huis clos. Dans une ville où les interventions de la Police dérapent, les services de sécurité doivent améliorer leur façon de travailler afin que pareils événements ne se reproduisent plus. Les différents clubs doivent aussi sensibiliser leurs supporters afin qu’ils apprennent à accepter sportivement la défaite.
GLM
 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer