Société

Lutte contre le cancer: un diagnostic précoce favorise une bonne prise en charge

Selon l’Organisation mondiale de la santé -OMS-, 14 millions de personnes sont touchées chaque année par un cancer dans le monde alors que 8,8 millions d’elles en meurent. Les pays à revenu faible ou intermédiaires sont les plus durement touchés par les cancers. Les cancers y sont détectés plus tard. Cela complique la prise en charge et réduit les chances de guérison. Pour l’OMS, le diagnostic tardif du cancer et l’inaptitude à proposer un traitement, condamnent beaucoup de personnes à souffrir inutilement et à mourir prématurément. Elle a dégagé trois axes majeurs pour éradiquer ce fléau. La sensibilisation, l’investissement dans les équipements des services de santé et la formation des soignants ainsi que l’accès au traitement.
Pour traiter un cancer, il faut avant tout bien le diagnostiquer. L’Organisation mondiale de la santé -OMS- donne certaines recommandations pour diagnostiquer les cancers plus précocement qui est un moyen de faire des économies, en soignant plus des malades. Elle insiste sur le diagnostic précoce et publie un nouveau guide pour inciter les états à adopter leur système de santé dans ce sens. Selon l’OMS, 14 millions de personnes sont touchées chaque année par un cancer et 8,8 millions d’elles en meurent. Les pays les plus durement touchés par les cancers sont ceux où les revenus sont faibles. Le système de soin y est également peu organisé.
Les cancers y sont détectés plus tard, ce qui complique la prise en charge et réduit les chances des guérisons. Pour l’OMS, le diagnostic tardif du cancer et l’inaptitude à proposer un traitement, condamnent beaucoup de personnes à souffrir inutilement et à mourir prématurément. Elle a dégagé trois axes majeurs pour éradiquer ce fléau. Premièrement, mieux sensibiliser le grand public aux symptômes du cancer afin qu’il consulte davantage; deuxièmement, il faut investir dans les équipements des services de santé et la formation des soignants et, enfin, de veiller à l’accès au traitement.
Un programme national de lutte demandé
L’OMS propose de donner la priorité aux services de diagnostic et de traitement de base. Leur efficacité peut augmenter facilement. Un des leviers du changement est aussi la prise en charge financière des soins. Si les patients doivent payer eux-mêmes leurs traitements, ils retardent leur consultations voire restent en dehors des services des soins.
Les traitements de départ sont en effet moins couteux et les malades peuvent continuer à travailler et nourrir leur famille; ce qui est impossible lorsque les traitements sont plus lourds pour les cancers diagnostiqués plus tardivement. La prise en charge d’un malade diagnostiqué rapidement coûte 2 à 4 fois moins chères que celle d’un patient qui arrive plus tardivement dans le circuit de soin. En RD-Congo, les associations qui luttent contre le cancer plaident pour la mise en place d’un programme national de lutte contre le cancer afin de mettre en application toutes les recommandations et combattre efficacement ce fléau.
Mymye MANDA

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page