Société

La BAP au chevet des mineurs de Makala

Préoccupée par les conditions d’accueil des prisons, l’organisation
non gouvernementale internationale «La balle aux prisonniers» -BAP-
multiplie des actions dans le champ qui est le sien. Une équipe de
cette branche en RD-Congo est descendue dernièrement à la Prison
centrale de Makala -PCM- où un lien affectif a été établit
principalement avec des mineurs incarcérés dans les cellules de ce
lieu de détention.
Deux représentants de l’ONG internationale BAP, à savoir Christian
Mukeni et Bernard Katumba, respectivement coordonateur national et
membre du Conseil d’administration de la branche RD-congolaise, en
compagnie avec quelques membres, ont procédé, le 18 mars dernier, au
lancement des activités de cette structure. Cadre choisi: la Prison
centrale de Makala.
Des échanges qui vont particulièrement au profit des mineurs
incarcérés. Un partenariat se crée officiellement. Reçue par le major
Gédéon Kayombo, directeur adjoint de la PCM, entouré du chef du
quartier mineur, Jean Djemba, et de l’assistante sociale Béatrice
Niemba, l’équipe de BAP a apporté un message qui a mis en joie les
locataires de la Prison de Makala. Christian Mukeni a fait savoir que
les lycéens français de Gambeta du Nord de la France s’associent aux
difficultés rencontrées par les enfants en conflit avec la loi qui
sont à Makala. Pour matérialiser cette amitié, un tournoi de football
est annoncé dans les prochains jours, car au sein de la prison, le
sport représente une échappatoire, favorisant notamment la solidarité,
la tolérance, la réinsertion sociale et la santé. Belle occasion pour
les mineurs détenus à la PCM de lutter contre les effets néfastes et
les conséquences physiques et psychiques de la détention.
Le coordonnateur national de la BAP en RD-Congo a indiqué que
Cassandre, Marine et Robin tiennent à établir des liens affectifs avec
les mineurs RD-congolais de Makala. Christian Mukeni ne s’est pas
arrêté-là. Il a énuméré quelques actions sociales que lui et sa team
comptent entreprendre, entre autres des séances d’alphabétisation, des
ateliers de dessin…des échanges entre des enfants détenus et ceux qui
ne croupissent pas à Makala. La BAP, militant pour l’amélioration des
conditions carcérales des détenus et leur réinsertion sociale, Bernard
Katumba a signifié que les prisons ont été créées pour punir ceux qui
enfreignent les lois mais aussi pour les réinsérer dans la société.
PN

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer