Politique

Pius Muabilu mobilise pour le dialogue

PIUS Muabilu
17 ans de vie parlementaire, quatre fois député national, bien qu’élu de la circonscription électorale de Mont-Amba, ses tentacules sont sans frontières. Président national du Congrès national congolais -CNC-, Pius Muabilu relaie le message du Président de la République Joseph Kabila Kabange convoquant le dialogue politique national inclusif. Mardi 1er décembre 2015, au siège du CNC à la 5ème rue Limete résidentiel, Pius Muabilu a réuni les quatre responsables fédéraux de la ville de Kinshasa et leurs adjoints ainsi que les responsables des sections sans oublier quelques responsables.
Et ce, après avoir échangé avec les jeunes et les femmes du parti. Objectif: leur expliquer le bien-fondé du dialogue afin d’en faire large échos aux autres membres du parti. A cette même occasion, deux pionniers de l’indépendance ayant même participé à la table ronde de Bruxelles, ont rejoint les rangs de CNC. Ovationnés, Petit Pierre et Vieux Brajos, deux nouveaux adhérents, sont rentrés avec les insignes du parti. 
Pius Muabilu ne jure que sur le dialogue. Ayant participé à plusieurs pourparlers pour l’intérêt de la RD-Congo, il est d’avis que sans le dialogue le pays ne serait pas ce qu’il est actuellement. De mémoire vive, Pius Muabilu a rappelé qu’il fallait un dialogue pour que la RD-Congo naisse comme Etat. Allusion faite à la Conférence de Berlin, tenue en 1885. «Ça fait mal quand nous voyons les agissements de cette classe politique. La majorité de politiciens ignorent d’où nous venons. Il n’y avait que deux journaux, une seule chaine de télévision et une seule radio. Dans tous ces médias, si on essaie de dire du mal du Chef de l’Etat, on se retrouvait tout de suite en prison», a-t-il rappelé.
Succédant à son père, Mzee Laurent Désiré Kabila, assassiné, Joseph Kabila prend les rênes du pays. Ce Kabila fils hérite d’une République morcelée, des pans entiers sous contrôle des groupes armés, des milices et des rebellions n’arrêtaient pas de foisonner. Selon Pius Muabilu, le jeune Président Joseph Kabila a juré de réunifier le pays et de le pacifier. Pour y arriver, il fallait dialoguer. Joseph Kabila a fait appel à tous les belligérants. Certains d’entre eux ont refusé de venir à Kinshasa craignant d’être arrêté sur place. «LePrésident Joseph Kabila a dit que pour l’amour du pays, il ira partout pour parler de la RD-Congo», a précisé Pius Muabilu. Une alternative est proposée et Sun City en Afrique du Sud est retenu comme endroit pouvant abriter cette rencontre mieux connue sous le nom de «Dialogue inter-congolais».
«A l’issue de ces échanges, le Président Kabila a accepté de partager son pouvoir avec quatre vice-présidents. D’aucuns n’ont pas hésité de prédire un échec de ce mode de gouvernance unique au monde estimant que c’est un monstre. Et cela a duré pendant trois ans. Après transition, le pays a organisé ses premières élections démocratiques, libres et transparentes. Le tout, grâce au dialogue. Ce miracle RD-congolais a été accompli grâce au dialogue», a insisté l’élu du Mont-Amba pour qui la RD-Congo est un pays de dialogue. A en croire ses propos, le dialogue a amené la paix, la stabilité, les infrastructures et tant d’autres en faveur du peuple.
Concernant le présent dialogue convoqué par le Chef de l’Etat, le président du CNC a indiqué qu’il y a à peu près 8 mois Etienne Tshisekedi, opposant historique et président national de l’Union pour la démocratie et le progrès social -UDPS-, a demandé un dialogue et l’Opposition dans sa grande majorité a accepté. «C’est la preuve de l’amour du pays», a-t-il reconnu avant de renchérir: «nous allons parler de cinq choses dont le fichier électoral, le calendrier électoral, le financement des élections et la sécurisation des élections». De l’avis des experts de l’Organisation internationale de la francophonie -OIF-, l’actuel fichier électoral comporte plusieurs irrégularités. Plus d’1 million de décédés y sont repris et plus de 8 millions de nouveaux majeurs n’y sont pas repris.
Il est de notoriété publique que l’Opposition a rejeté par deux fois le calendrier électoral proposé par la Commission électorale nationale indépendante -CENI- avant de prendre l’enrôlement de ces nouveaux majeurs comme préalable à l’organisation de toute élection. «En réalité, l’Opposition avait peur et a peur des élections», a déclaré Muabilu, refusant que le jour des élections, jour de fête et de joie, soit transformé en guerre et bagarre.
CNC capable de mobiliser quelque 30 mille personnes à Kin
Abordant la question de financement des élections, Pius Muabilu a rappelé qu’en 2006, la RD-Congo a reçu plusieurs promesses, peu seulement ont été réalisées et en 2011 aucune promesse n’a été tenue. La preuve est que les élections ont été totalement financées sur fonds propres. Cette fois-ci, la seule promesse reçue est des Etats-Unis d’Amérique avec une somme équivalent à moins de 1% du montant global, estimé à UDS 1,2 milliards. Prudence oblige! «Chez nous à CNC, on dit qu’on ira pas au dialogue sans enrôlement de nouveaux majeurs.
C’est la condition que nous posons. Il faut terminer tous les arriérés en commençant par les locales», a-t-il insisté. Une chose est certaine, Pius Muabilu a rassuré que CNC est capable de mobiliser quelque 30 mille personnes à Kinshasa pour démontrer que ce n’est pas seule l’Eglise catholique qui a le monopole de faire descendre les gens dans la rue. Ça sera une véritable démonstration de force.
Barick BUEMA                                       

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer