PolitiqueSociété

Une paroisse profanée à Kinshasa et un séminaire saccagé à Kananga!

Des actes de vandalisme ont été perpétrés le week-end dernier contre des édifices appartenant à l’église catholique. Dimanche à Kinshasa, la Paroisse Saint Dominique à Limete a été profanée. Le gouvernement attribue ces actes à un groupe de 20 personnes identifiées comme des partisans d’un parti politique dont le siège se trouve dans la même commune. Sur la toile, les condamnations fusent, certaines évoquent une dissolution morale condamnable.
Samedi 18 février dernier, a témoigné abbé Richard Kitenge, recteur de cet établissement, à «Radio Okapi», les miliciens Kamuina Nsapu ont saccagé le Grand séminaire Malole de Kananga au Kasaï-Central. C’est pour la première fois qu’ils sont accusés de vandalisme contre les biens de l’église catholique.
Abbé Richard Kitenge a rapporté que les miliciens qui avaient installé depuis quelques jours leur quartier sur le site du Grand séminaire Malole, se sont affrontés pendant environ une heure samedi matin avec les forces de l’ordre, qui ont réussi à les déloger. Après le départ de ces dernières, a-t-il poursuivi, les miliciens sont retournés sur le lieu pour se livrer au saccage. «Ils ont cassé de manière systématique les portes de différentes chambres et ils ont détruit tout ce qui y avait dedans. Ils sont entrés dans les chambres des formateurs et ils ont brûlé leurs valises», a encore témoigné le recteur du Grand séminaire Malole. Sur leur passage, les miliciens de Kamwina Nsapu s’attaquent également aux édifices et symboles du pouvoir.
Profitant de cette situation, Abbé Richard Kitenge a invité les autorités RD-congolaises à mettre fin à cette spirale des violences causée par cette milice qui, depuis plusieurs mois, tue des personnes et cause des dégâts matériels importants.
A la suite de ces nouveaux troubles, le vice-gouverneur du Kasaï-Central, Justin Milonga, en compagnie des membres du conseil provincial de sécurité et quelques responsables de la MONUSCO, a entamé le même samedi après-midi une tournée de sensibilisation de la population de Nganza et Malole, dans la commune de Kananga, à la culture de la paix. Après cette étape, Justin Milonga et son équipe se sont rendus au Grand séminaire Malole, où il a conscientisé les religieuses et religieux traumatisés par les affrontements d’avant-midi.
Selon «radio Okapi», pendant que la délégation se trouvait sur place, selon les mêmes sources, un autre groupe de miliciens a tenté d’attaquer le couvent de Malole mais a été repoussé par les forces de l’ordre.
Depuis quelques mois, plusieurs villes et cités des provinces du Kasaï connaissent des accrochages entre les forces de l’ordre et des miliciens qui se réclament du chef Kamwina Nsapu, tué en août dernier dans une opération de police. Ce chef milicien était accusé d’avoir contesté l’autorité de l’Etat dans cette partie du pays.
Le Pape François appelle au calme
Par ailleurs, le Saint Père a, au terme de la prière de l’Angélus du dimanche 19 février, lancé un appel pour le retour au calme en RD-Congo, suite aux affrontements «brutaux et violents» opposant depuis six mois les forces de l’ordre à la milice de Kamwina Nsapu dans les Kasaï, faisant plusieurs centaines de morts. «Je ressens une forte douleur pour les victimes et spécialement pour les nombreux enfants arrachés à leurs familles et retirés de l’école pour être utilisées comme enfants soldats», a déploré le Pape François. Selon Radio Vatican, le Pape prie pour ces enfants soldats et pour le personnel religieux et humanitaire qui travaille dans cette région difficile. «Je renouvelle mon appel à la conscience et à la responsabilité des autorités nationales et de la Communauté internationale afin que des décisions adéquates soient prises rapidement pour porter secours à nos frères et sœurs», a indiqué le Souverain pontife, qui étend son appel en faveur des autres populations du continent africain et ailleurs dans le monde qui «souffrent également à cause de la violence et de la guerre».
Christian BUTSILA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer