Politique

Mwando, un rempart contre l’Opposition

L'autorité morale de l'UNADEF, Charles Mwando Nsimba
L’autorité morale de l’UNADEF, Charles Mwando Nsimba
L’ex-informateur et président de séance lundi 10 novembre s’est posé en ultime forteresse tant pour le gouvernement que pour le Régime. Les motions anti-Kitebi et anti-Musungayi passaient, la Majorité se serait tiré une balle dans la tête et se serait déconsidérée face à une Opposition victorieuse
Le ministre délégué aux Finances, Patrice Kitebi, et son collègue en charge de l’Industrie, Rémy Musungayi, se sont tirés d’affaires lundi 10 novembre. La Majorité présidentielle a prouvé qu’elle existe et reste homogène. On a évoqué le déminage réussi par le député Henry Thomas Lokondo et de son collègue Valentin Senga. Mais l’on ne doit occulter le rôle du speaker et de son marteau. Aubin Minaku absent du pays pour des raisons d’Etat, la lourde tâche a été laissée au 1er vice-président de l’Assemblée nationale, le patriarche Charles Mwando Nsimba. Le bilan de sa prestation est en train d’être fait et tient en quelques points essentiels.
Le plus important est d’avoir réussi à se poser en rempart de la Majorité contre l’Opposition, audacieuse et bien ordre de bataille. Le vieux a fait parler toute son expérience et son expertise. Les plus encourageants sont son tact, son autorité ainsi que sa maitrise des textes et de la conduite des débats. Quand le banc de l’Opposition a brandi une motion d’ordre pour tenter de contrer la motion incidentielle d’Henry Thomas Lokondo, il lui a opposé l’article 69 du Règlement intérieur de la chambre basse.
Lorsque, conscients du rapport des forces, les opposants ont décidé de quitter l’hémicycle, Mwando n’a pas perdu son sang froid. Il a plutôt laissé la séance se poursuivre en soumettant la motion Lokondo au vote avant de demander à la plénière de se prononcer sur la proposition de Valentin Senga de surseoir la motion de défiance contre le ministre de l’Industrie Rémy Musungayi. «Nous sommes dans une démocratie, il faut qu’une majorité se dégage lors du vote. Et ce lundi-là, une majorité s’est dégagée pendant que le patriarche était à la baguette», a constaté un suiviste.
Le plus compréhensible est son refus de donner la parole à Awenze, l’auteur de la motion anti-Musungayi, dont le passage devant le pupitre aurait pu déranger les calculs de la Majorité destinés à désorienter l’épée suspendue sur la tête du ministre de l’Industrie.
Mwando a été l’ultime forteresse tant pour le gouvernement que pour le Régime. Les motions anti-Kitebi et anti-Musungayi passaient, la Majorité se serait tiré une balle dans la tête, elle se serait déconsidérée face à une Opposition victorieuse. Mwando avait l’obligation du résultat. La situation était telle que la démarche à mener face à deux motions contre deux ministres, soumis au vote de défiance ou de confiance, avait la même ampleur que les consultations pour l’identification de la majorité à l’issue des législatives nationales du 28 novembre 2011. Informateur, c’est lui qui avait identifié cette majorité au début de la législature. Président de séance lundi 10 novembre, il avait le devoir de se battre pour la tirer d’ennuis.
Alors que «Forum des As» paru mercredi 12 novembre dernier fait part d’un coup fourré de l’Opposition contre Mwando Nsimba, l’heure est venue où la Majorité doit faire bloc pour rendre l’ascenseur à son héros.
AKM 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer