PolitiqueSociété

Marie-Ange Lukiana offre un centre de formation de qualité aux Kinois

Lukiana
Inauguré par le ministre de l’Enseignement technique et professionnel Jean Nengbangba Tshibanga, l’ITEC Kinshasa, surnommé déjà par la population du quartier Mikondo «Le petit bijou», est une action pérenne contribuant à la modernisation du RD-Congolais, par l’accès à l’employabilité et aux compétences professionnelles pratiques de qualité
L’Union nationale des femmes et familles -UNAF-, créée par Marie-Ange Lukiana, accorde une importance particulière à la formation professionnelle des RD-Congolais. La structure vient de doter un centre de formation professionnelle, l’Institut technique Kinshasa -ITEC Kinshasa, aux populations périurbaines de Kimbaseke. D’une manière spécifique, a indiqué l’ex-ministre du Genre, famille et enfant Marie-Ange Lukiana, les objectifs prioritaires de ce centre sont: une formation technique et professionnelle de qualité et de proximité dans les domaines des aspirations majeures des populations cibles; l’insertion socio-économique qualifiante et durable de tous à travers l’emploi tant structuré qu’informel et la contribution à la réduction des effets pervers du chômage généralisé et de la sous-qualification. L’ITEC Kinshasa vise actuellement la formation de 500 apprentis par an, par groupe de 30 à 40 apprenants par classe.
Inauguré par le ministre de l’Enseignement technique et professionnel Jean Nengbangba, la construction de ses bâtiments a été assurée par le financement de l’ambassade du Japon en RD-Congo avec un montant de USD 99 795.
La population du district de la Tshangu, dans la partie Est de Kinshasa, vient de bénéficier d’un centre de formation professionnelle de qualité, l’Institut technique Kinshasa -ITEC Kinshasa, inauguré par le ministre Jean Nengbangba devant son collègue du Genre et de nombreuses personnalités. Un geste louable de l’Union nationale des femmes et familles, l’ITEC Kinshasa est une action d’autonomisation de la population active dans des milieux à opportunité réduite. Autonomisation pour l’affirmation de la dignité des uns et des autres, jeunes filles et garçons, femmes et hommes.
Marie-Ange Lukiana, présidente ai du Conseil d’administration de l’UNAF et députée nationale, a souligné que l’ITEC Kinshasa se veut être une réponse à l’adage populaire qui dit que: «Si tu me donne un poisson, je mangerai un jour, mais si tu m’apprends à pêcher, je mangerai tous les jours».
Selon ses objectifs, a-t-elle expliqué, est en outre une action pérenne contribuant à la modernisation du RD-Congolais, par l’accès à l’employabilité et aux compétences professionnelles pratiques de qualité. Et, d’une manière spécifique, a renchéri Marie-Ange Lukiana, les objectifs prioritaires de ce centre sont: une formation technique et professionnelle de qualité et de proximité dans les domaines des aspirations majeures des populations cibles; l’insertion socio-économique qualifiante et durable de tous à travers l’emploi tant structuré qu’informel et la contribution à la réduction les effets pervers du chômage généralisé et de la sous-qualification.
Le but de l’ITEC Kinshasa est de contribuer à la modernisation de la RD-Congo et à son développement durable par la formation qualifiante de la population à la base. Pour son implantation, ce centre multisectoriel de formation professionnelle a choisi une approche de proximité à Tshangu, comptant plusieurs millions d’habitants, marqués par la faiblesse des opportunités d’accès à l’emploi et à la promotion sociale durable. «Comme public-cible, l’ITEC Kinshasa s’adresse aux jeunes filles et garçons, aux femmes et d’une manière générale, au public en quête d’autonomisation, des compétences et de promotion socio-économique durable», a fait savoir Marie-Ange Lukiana, lors de l’inauguration des bâtiments de l’ITEC Kinshasa au quartier Mikondo, dans la commune de Kimbanseke.
Vulgarisation de la technologie appropriée
Le centre compte plusieurs filières de formation, à savoir: Coupe et couture, esthétique, secrétariat-bureautique-informatique, métiers du bâtiment, ceux de l’automobile ainsi que l’hôtellerie, cordonnerie, les arts et les langues… Toutes ces formations seront installées progressivement sur un programme précis. En marge de ces formations professionnelles classiques, des modules de technologie appropriée seront organisées. Tels que la fabrication de savon, culture des champignons, salaison, confiture, teinturerie, cosmétique, techniques d’élevage, de maraichage, de pisciculture, etc. L’ITEC Kinshasa vise actuellement la formation de 500 apprentis par an, par groupe de 30 à 40 apprenants par classe. Il assurera également 20 semaines de vulgarisation de la technologie appropriée que toucheront près de 2000 personnes par an.
«L’effort est fourni pour réduire au maximum les frais en tenant compte du niveau économique de la population, mais aussi de la nécessité de maintenir la qualité du fonctionnement durable de l’ITEC Kinshasa», a rassuré Marie-Ange Lukiana.        Placé sous la tutelle du ministère en charge de la formation professionnelle, l’établissement est supervisé par le réseau UNAF. «Cet établissement contribue aussi à la Révolution de la modernité que prêche le Chef de l’Etat Joseph Kabila. Il y a des infrastructures bien sûr mais il y a aussi l’homme dans le domaine de compétence de l’employabilité», a-t-elle souligné, avant de remercier les autorités qui sont venues le booster. «Nous demandons à l’UNAF ainsi qu’à son comité exécutif de gérer ce petit bijou implanté à l’entrée de la capitale précisément sur le Boulevard Lumumba», s’est exprimée Marie-Ange Lukiana.
Partenariat technique établi avec l’INPP
Marie-Ange Lukiana a également signalé qu’un partenariat technique est établi avec l’INPP, dépositaire étatique de la formation professionnelle qualifiante, impactant le programme ITEC, la formation des formateurs, le contrôle des épreuves de capacité professionnelle, la certification des compétences et des diplômes et la pratique au sein des installations de l’INPP.
Elle a aussi remercié l’ambassade du Japon en RD-Congo qui a donné les moyens de base pour matérialiser ce projet. La construction des bâtiments de l’ITEC Kinshasa a été assurée par le financement de l’ambassade du Japon en RD-Congo avec un montant de USD 99 795. Présent à la cérémonie d’inauguration, l’ambassadeur du Japon en RD-Congo Shigeru Ushio a souhaité que le centre serve au renforcement des capacités des femmes, et au développement socio-économique durable de la commune de Kimbanseke. «Les bâtiments ainsi que les équipements doivent être bien entretenus de sorte qu’ils contribuent à l’amélioration des conditions de vie de la jeunesse pour un avenir meilleur», a-t-il recommandé.
Christian BUTSILA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer