Politique

CSAC contre la dépravation des mœurs dans les médias

Dans le souci de protéger la population contre toute sorte d’obscénité observée dans certains médias audiovisuels de la RD-Congo, particulièrement ceux de la capitale, le Conseil supérieur de l’audiovisuel et de la communication -CSAC- vient de prendre des mesures sévères visant à freiner l’élan de ce comportement indigne qui prend la forme ces derniers temps. Ce n’est pas tout. Le régulateur s’est aussi penché sur le dossier Lushima Ndjate, présentateur de l’émission «Congo histoire». 
Cette fois-ci, l’Assemblée plénière du CSAC a préféré adresser des observations aux responsables de la télévision nationale. Cela fait suite aux assurances reçues auprès de la direction de production de la RTNC.
 
Au cours de la 46ème session ordinaire de son Assemblée plénière tenue jeudi 19 novembre 2015, l’autorité de régulation a examiné à fond le dossier B-One relatif à l’émission «B-One Music» diffusée chaque dimanche, où le respect de bonnes mœurs est loin d’être appliqué. Après avoir analysé une plainte lui adressée sur ce cas, l’Assemblée plénière a déploré les dérapages, notamment l’obscénité, constatés très souvent au cours de cette émission de variété musicale animée par Papy Mboma.
Dans l’une de ses émissions, ce dernier a reçu le musicien Lisimo Gentamicine, l’animateur de l’orchestre Wenge BCBG de JB Mpiana, qui a mis en avant plan des chansons et danses obscènes à la fois choquantes. Le tout s’est passé sans intervention professionnelle du présentateur, constate le CSAC qui souligne que les faits sont consistants et graves sur le plan des mœurs. En conséquence, l’émission «B-One Music» est frappée d’une suspension de deux diffusions, soit de deux semaines.
C’est la décision prise par l’Assemblée plénière de l’instance de régulation qui indique par la même occasion qu’une recommandation sera formulée à tous les médias audiovisuels RD-congolais. L’éducation de la population est donc à préserver. Ont aussi fait partie des échanges et débats lors de cette Assemblée plénière, les dossiers de régulation. Le CSAC a également examiné les demandes d’Avis conforme et de conformité sollicités par Startimes visant son installation sur toute l’étendue de la RD-Congo, Radio Maniema, BlueSat et Radio diocésaine de Tshumbe.
Ils ont tous reçu une suite favorable de l’institution d’appui à la démocratie. Quant aux prestations médiatiques de Lushima Ndjate, présentateur de l’émission «Congo histoire» diffusée sur les antennes de la Radio télévision nationale congolaise -RTNC-, le Conseil opte d’adresser, cette fois-ci, des observations. Etant donné que la direction de ce média public l’a rassuré que toutes les mesures sont prises afin que les égarements ne reproduisent plus.
Sur ordre de la direction de production de la RTNC, «Congo histoire» sera désormais préenregistrée avant d’obtenir l’aval de diffusion après un visionnage.      Autre cas déploré par l’Assemblée plénière est celui du journal «L’Interprète» paraissant à Kinshasa. Ce bihebdomadaire est sanctionné pour une durée de 45 jours pour non respect des règles déontologiques constaté à travers un article paru  dans sa livraison  n°1557 du 24 au 26 septembre dernier. Les moyens de défense présentés par son directeur de publication n’ont pas été convainquant, renseigne le secrétariat d’instruction. Par ailleurs, les performances du Conseil supérieur de l’audiovisuel et de la communication sont reconnues au-delà des frontières nationales.
Le Secrétariat exécutif du Réseau indépendant des autorités de régulation de la communication -RIARC- vient de saluer le travail du CSAC et surtout le félicite d’avoir honoré ses engagements en payant ses contributions en tant que membre. Ce, grâce à l’implication du gouvernement RD-congolais par le truchement du ministère des Finances.
 
Patrick NZAZI                           
 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer