Politique

Baromètre du gouvernement octobre: Bongongo, n°1, améliore sa cotev

Michel Bongongo
Le ministre d’Etat en charge du Budget, Michel Bongongo ne cesse de bénéficier de l’opinion favorable au sein de la population. Le dernier sondage réalisé, du 23 au 24 octobre 2015 à Kinshasa, par l’Institut Les Points est très révélateur. Déjà premier lors de précédentes enquêtes, Michel Bongongo garde sa place et améliore sa côte avec un accroissement de 6%. Ses actions, en l’occurrence, le démantèlement du réseau mafieux qui détournait la paie des fonctionnaires des secteurs de l’EPSP, de l’ESU et de la Santé publique, sont largement appréciées par la population. L’augmentation des salaires des policiers et des Forces armées de la RD-Congo n’est pas à la traîne.
Ces actions visent l’amélioration des conditions de vie des membres de l’administration publique dans tous les secteurs. Conséquence logique: la côte de Michel Bongongo passe de 71% à 77%.
 
Le mois d’octobre finissant a été riche en événements et activités ayant une incidence positive ou négative sur l’opinion qu’a la rue des membres du gouvernement. Il s’agit précisément de la fronde au sein de la Majorité présidentielle occasionnant le réaménagement technique du gouvernement Matata II avec la nomination de dix nouveaux ministres, la démission du président de la Commission électorale nationale indépendante -CENI- et la désignation de son successeur ainsi que tant d’autres. Certains ministres ont su tirer leur épingle du jeu et bénéficient de l’opinion des Kinois, d’autres non.
Michel Bongongo qui caracole en tête de ce baromètre depuis quelques temps conserve sa place et gagne 6% de plus. Il est suivi du ministre de la Santé publique, Félix Kabange, qui, avec 68% d’opinions favorables, voit sa côte accroitre de 12% -plus forte augmentation de ce palmarès. Ce bond en avant fait suite à sa tournée au Maniema. Grâce à cette tournée, le ministre Kabange a payé les factures de plusieurs malades retenus dans des hôpitaux et démantelé un réseau de détournement des biens des hôpitaux de référence. La troisième marche du baromètre du gouvernement est occupée par le ministre des Affaires étrangères, Raymond Tshibanda avec 67%.
La tenue de la Grande commission mixte RD-Congo-RSA à Kinshasa et sa présence à la 70ème Assemblée générale des Nations unies ont joué en sa faveur. «Les enquêtés ont noté que ces assises ont permis aux deux nations de réaffirmer leur volonté d’accélérer ce projet des barrages hydroélectriques d’Inga pouvant fournir du courant à l’Afrique entière de s’étendre sur le fleuve Congo», a-t-on précisé.
Le vice-Premier ministre et ministre de l’Emploi, du travail et de la prévoyance sociale, Willy Makiashi, est crédité de 65%. Son appel pour l’amélioration de la couverture sociale, du recouvrement des cotisations sociales, de l’assainissement du fichier des prestataires sociaux et de la responsabilisation du personnel n’est pas passé inaperçu. Les enquêtés étaient également sensibles à l’importance que le gouvernement attache à la protection sociale pour tous.
Grâce à la récupération de l’Airbus de Congo Airways retenu à Dublin pour un litige, le ministre des Transports et voies de communication, Justin Kalumba Mwana Ngongo, récolte 61% d’opinions favorables. Cette 5ème place est également occupée grâce aux retombées positives des premiers vols expérimentaux vers Lubumbashi et Kisangani. Reste que le début des vols commerciaux et l’arrivée d’autres avions ainsi que la baisse du prix du billet sont fiévreusement attendus pour juger de l’efficacité de l’action du ministre Kalumba.
Avec ses 58%, le ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire, Théophile Mbemba Fundu, fait son entrée dans ce palmarès grâce à la fermeture de 174 établissements non viables en RD-Congo. Le vice-Premier ministre des PT-NTIC, Thomas Luhaka, bénéficie des effets positifs du lancement officiel de l’annuaire statistique 2014 de la RD-Congo interrompu il y a 20 ans. Ses 54% sont glanés parce que les sondés estiment que cet annuaire est un instrument stratégique pour l’émergence de la RD-Congo et servira d’outil d’analyse, de planification et de suivi de l’action gouvernementale et du développement du pays. Les nombreuses transformations constatées à la Société congolaise des postes et télécommunications -SCPT- dont le bâtiment offrait un spectacle très peu reluisant sur le boulevard du 30 juin ne sont pas en reste.
Maker Mwangu, ministre de l’EPS-INC, 52%, bénéficie de la reconstruction et de l’équipement de 445 écoles sur les 512 attendues en RD-Congo pendant la première phase du Projet de réhabilitation et reconstruction des infrastructures scolaires -PRRIS. Accueillie positivement par l’opinion, la décision du gouverneur de la ville de Kinshasa interdisant aux chefs d’établissements scolaires de renvoyer les élèves non en règle avec les frais scolaires pendant le mois d’octobre a profité principalement à Maker Mwangu. Seul bémol: l’absence d’initiatives du ministre de l’EPS-INC pour lutter contre la vente des uniformes dans des écoles et le prix élevé du minerval dans certains établissements.
Dernier du palmarès, Alexis Thambwe Mwamba, ministre de la Justice a aussi joué un rôle dans la récupération de l’avion de Congo Airways. Raison pour laquelle, l’opinion lui accorde 51%  et se contente de la dernière place. C’est aux ministres de bien travailler pour occuper de bonnes places dans la prochaine livraison de l’Institut Les Points.
 

Barick BUEMA

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer