PolitiqueSociété

A l’IFASIC, le nouveau comité de gestion prend ses fonctions

Munkeni Lapess
Le mardi 5 janvier 2016 a été une journée consacrée à la remise et reprise de pouvoirs dans les universités et instituts supérieurs publics ayant connu des mises en place de nouveaux comités de gestion. A l’Institut facultaire des sciences de l’information et de la communication -IFASIC-, cette cérémonie s’est déroulée sans ambages. En déplacement en Afrique du Sud pour des raisons privées, le nouveau recteur, le professeur Rigobert Munkeni Lapess, s’est fait représenter par son secrétaire général académique, le professeur Itangaza.
En clair, comme dans d’autres établissements publics concernés, le nouveau comité de gestion de l’IFASIC s’est officiellement installé. Et ce, sous l’égide de deux délégués du ministère de l’Enseignement supérieur et universitaire -ESU. Selon la logique du ministre, ce comité doit relever les défis majeurs et accompagner le gouvernement dans sa politique de réformes de l’ESU. 
La cérémonie de passation des pouvoirs a débuté aux environs de 9 heures, dans le bureau du recteur de l’IFASIC. Sous la protection de deux émissaires du ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire, Théophile Mbemba, le recteur sortant, Jean Lucien Kitima, a passé le pouvoir au professeur Itangaza, l’actuel secrétaire général académique représentant le nouveau recteur, le professeur Rigobert Munkeni Lapess en déplacement en Afrique du sud. Puis s’en est suivi la série de remises et reprises entre les secrétaires généraux académiques entrant, le professeur Itangaza Mubangu, et sortant, le professeur Mwangilua; entre le secrétaire général administratif entrant, le professeur Philippe Ntonda Kileuka et celui sortant, le professeur Espérance Bayedila.
Enfin, la passation de pouvoir entre l’administrateur du budget sortant, le professeur George-Jérémie Wawa, et Madame Tamuku Ngaliema. Sous un climat apaisé, le nouveau comité de gestion de l’Institut facultaire des sciences de l’information et de la communication a officiellement pris les commandes. Dans son mot de circonstance, le recteur sortant, Jean Lucien Kitima, s’est dit fier et content d’avoir passé 7 ans à la tête de cette institution, près de deux mandats qu’il juge largement positifs. «J’ai le sentiment de joie dans la mesure où je ne suis pas passé à côté de mon mandat. Je souhaite la bienvenue au nouveau comité auquel je demande de poursuivre normalement les travaux de construction des auditoires que nous avons entrepris il y a quelques années», a-t-il indiqué.
A en croire Jean Lucien Kitima, un autre chantier en cours c’est le transfert de l’IFASIC à l’Université des sciences de l’information et de la communication -UNISIC. A ce sujet, il a fait savoir que c’est depuis près de deux ans que l’Institut facultaire des sciences de l’information et de la communication fonctionne sous le statut de l’université, et qu’il ne reste qu’un acte juridique pour obtenir officiellement l’appellation de l’Université des sciences de l’information et de la communication. Dans son propos, le recteur sortant a également révélé que l’IFASIC organise quatre facultés. «En dehors de la faculté des Sciences de l’information et celle des Science de la communication, notre institut va organiser dans un bref délai, deux autres facultés: la faculté des arts de pratique du cinéma, ainsi que la faculté de management des entreprises de presse.
Il ne reste que l’achèvement des travaux de construction des auditoires devant abriter ces filières», a expliqué l’ancien recteur Kitima. Peu avant la fin de la cérémonie, le nouveau secrétaire général académique, le professeur Itangaza a réuni à l’amphithéâtre de l’IFASIC, au nom du recteur empêché, tous les agents pour un mot de remerciement, avant de leur offrir un rafraîchissement afin de désaltérer les gorges.
Pour mémoire, le ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire, Théophile Mbemba, a signé mardi 29 décembre 2015, une série d’arrêtés ministériels numérotés de 180 à 208, portant nomination de nouveaux membres des comités de gestion des universités et instituts supérieurs publics. Ces nouvelles mises en place font suite à la mauvaise gestion académique, administrative et financière constatée par le ministre au sein des établissements de l’ESU. Ces comités sont appelés à relever les défis majeurs et accompagner le gouvernement dans sa politique de réformes de l’ESU. 
Olitho KAHUNGU

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer