NationSociété

Contact pré-dialogue: la NSCC contre l’usurpation de son identité

Encore une fois, l’identité de la Nouvelle société civile congolaise -NSCC- a été abusivement utilisée par des personnes n’ayant ni qualité ni mandat de parler en son nom. Par la bouche de son coordonnateur adjoint, la NSCC déplore que, lors de la réception dernièrement de quelques acteurs de la Société civile par le Président Joseph Kabila, certains participants à cette rencontre ont déclaré faire partir de la NSCC. Alors qu’aucune invitation n’est parvenue à la NSCC pour prendre part à ce rendez-vous.
Tout ceci, dans le but de ternir son image. «La NSCC tient à informer l’opinion nationale et internationale que contrairement à la campagne de diabolisation organisée dans l’intention de nuire à son image de marque, elle n’a jamais été invitée, ni associée directement ou indirectement à la rencontre de la Société civile avec le Chef de l’Etat Joseph Kabila et, par conséquent, elle n’a jamais mandaté quiconque pour la représenter», a déclaré Robert Kabakele, coordonateur national adjoint de la NSCC.
Au cours d’un point de presse, tenu hier mardi 10 novembre 2015 à son siège, la Nouvelle société civile congolaise -NSCC- a fait une mise au point sur la tenue du dialogue national et la participation de la Société civile à ce rendez-vous. Contre l’usurpation de son identité par certaines personnalités de la Société civile RD-congolaise, la NSCC a, d’entrée de jeu, tenu à préciser qu’elle n’a été jamais invitée ni associée à la démarche visant à rencontrer le Président de la République au sujet du dialogue national.
«La NSCC tient à fixer l’opinion qu’elle n’a jamais mandaté un membre pour la représenter à une quelconque réunion dite de la Société civile dans son ensemble en vue de préparer des listes des participants au dialogue. Tout en respectant la liberté des uns et des autres, la NSCC précise que les propos tenus par quelques acteurs sociaux reçus par le Chef de l’Etat, le week-end dernier, ne l’engagent pas», a déclaré Robert Kabakele, coordonnateur national adjoint de la NSCC. Par ailleurs, la NSCC a fustigé la présence de certains acteurs politiques actifs dans le rang de la Société civile de façon récurrente lors de grandes rencontres. En outre, elle s’est dite ouverte à la tenue du dialogue politique, mais à la seule condition que cette rencontre se passe dans l’esprit et la lettre de l’Accord-cadre d’Addis-Abeba et de la Résolution 2098 du Conseil de sécurité de l’ONU.
«La NSCC reste ouverte à participer à cet espace de dialogue qui s’inscrit dans le respect des lois et de la Constitution de la République», a fait savoir son coordonnateur adjoint. Dans cette optique, la NSCC a appelé la classe politique toute tendance confondue ainsi que les acteurs sociaux à s’investir de façon pacifique pour la promotion des lois et des institutions justes qui respectent les droits et libertés des citoyens de la RD-Congo. «Nous souhaitons que le dialogue soit inclusif et regroupe toutes les forces sociales du pays. Ce dialogue ne doit pas être une occasion pour violer la Constitution mais plutôt une occasion qui permettra aux filles et fils de ce pays de parler librement et sincèrement des problèmes de leur pays afin de dégager des résolutions qui seront réellement appliquées», a dit la NSCC.
Guylain LUZAMBA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer