Dossier à la UneJusticeNation

RDC : Avec 49 voix contre et 46 pour, Matata Ponyo garde ses immunités

L’ancien Premier ministre Matata Ponyo a réussi à garder ses immunités. Le vote organisé à l’issue du huis clos décrété pour examiner le rapport de la Commission spéciale du Sénat lui a été favorable: 49 voix contre et 46 pour la levée de ses immunités. La justice s’est intéressée à la gestion du sénateur Matata Ponyo, l’avant dernier Premier ministre de Joseph Kabila.

Le Procureur de la Cour de cassation a demandé la levée de son immunité pour qu’il puisse être entendu dans une affaire qui concerne la gestion des fonds d’un parc agro industriel suscitée par une enquête de l’Inspection générale des finances -IGF. Un dossier scandaleux, selon plusieurs médias hostiles à l’ex-chef du gouvernement. Il concerne la gestion du parc agro industriel de Bukanga-Lonzo, situé dans le Kwango. Ce projet a connu la faillite après avoir englouti 285 millions de dollars dont 205 millions auraient été détournés.

À la suite d’un rapport fait de l’Inspection générale des finances, Matata Ponyo a été pointé du doigt comme l’auteur intellectuel de cette débâcle. Selon Jules Alingete et ses équipes, l’ancien Premier ministre n’aurait pas respecté les procédures de passation des marchés publics comme l’exige la loi. Il aurait seul choisi le partenaire sud-africain Africom, une société privée sud-africaine qui n’avait que trois ans d’existence.

Matata Ponyo a rejeté ces accusations dans une conférence de presse il y a quelques mois. Selon lui, la Primature et le chef du gouvernement n’étaient nullement impliqués dans la gestion des fonds de ce projet. Et, de Conakry en Guinée où il se trouvait, l’ancien Premier ministre avait annoncé, sur Twitter, avoir écourté son séjour pour venir faire face à la justice. Africom a donné de la voix en déposant une plainte auprès de la Cour internationale d’arbitrage à Paris -France- jeudi dernier, a déclaré son PDG, Christo Grobler, à Reuters.

La compagnie réclame un paiement de 19,79 millions de dollars relevant des arriérés accumulés par la partie congolaise, a-t-il dit. Recruté en 2014, Africom avait quitté Bukanga-Lonzo en juillet 2017 affirmant qu’elle n’avait pas été payée par le gouvernement depuis près d’un an. Le contrat entre la RD-Congo et la société africaine se chiffre à 150 millions de dollars américains, d’après les documents publiés en décembre 2017 par la Ligue congolaise de lutte contre la corruption -LICOCO. Depuis le départ d’Aficom Commodities Ltd, la production à Bukanga-Lonzo a baissé. Les employés ont également quitté le site.

YA KAKESA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer