Dossier à la UneEcofinNation

RDC : Plus de dépenses en procédure d’urgence, le pacte de stabilité monétaire signé!

Il n’y aura plus de dépenses en procédure d’urgence en République démocratique du Congo. Résolution du ministre des Finances, Sele Yalaghuli, sous la bénédiction du Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba. L’argentier national tient à engager le pays dans une voie susceptible de permettre la stabilité de la monnaie nationale, le franc congolais. Il a pris cet engagement le mardi 18 août 2020 à la faveur de la cérémonie de signature du Pacte de stabilité du cadre macroéconomique et monétaire avec le VPM au Budget, Jean-Baudouin Mayo Mambeke, et le gouverneur de la Banque centrale du Congo -BCC-, Déogratias Mutombo. En présence du PM Sylvestre Ilunga, ces trois personnalités ont pris la ferme résolution de veiller à la gestion orthodoxe des finances publiques et à axer leur gestion sur base caisse.

Mieux, elles se sont convenues de n’engager les dépenses qu’en fonction des fonds publics disponibles. En signant ce Pacte, Sele et Mayo, deux principaux acteurs de la chaîne de dépense, ont désormais le devoir d’éviter au gouvernement la consommation des crédits budgétaires au-delà des ressources disponibles. Ceci a l’avantage non seulement de briser définitivement le cycle des déficits publics et ses corollaires, mais aussi et surtout d’éviter la dépréciation de la devise nationale ainsi que l’instabilité du taux de change et ses conséquences sur l’économie et la vie des RD-Congolais. Voilà qui justifie la décision de suspension de tout paiement en procédure d’urgence.

En sa qualité de chef du gouvernement, le PM Ilunga Ilunkamba, au-delà de bénir ce pacte, a trouvé la meilleure expression de son opposition contre toute dépense en procédure d’urgence hors prévisions du plan d’engagement budgétaire. Le Pacte signé mardi 18 août à l’Hôtel du gouvernement impose au gouverneur de la Banque centrale du Congo de ne plus faire des avances au gouvernement pour financer ses déficits du trésor. Mieux, le patron de la politique monétaire nationale ne doit plus recourir à la planche à billet ou à un financement monétaire pour soulager la trésorerie de l’État.

Caissier de l’Etat, le gouv’ Déo Mutombo s’est soumis au strict respect de la mesure interdisant tout paiement en procédure d’urgence, même sollicité par le gouvernement. Dans le but de parvenir à stabiliser la monnaie nationale, le gouverneur de la BCC est tenu de déployer tous les instruments de sa politique monétaire et de lutter ainsi contre l’inflation sur les marchés de change et des biens et services. Le Pacte signé entre Mayo, Sele et Mutombo se fixe l’objectif de baliser, par ses règles, la voie pour une meilleure application d’une part de la politique budgétaire par le gouvernement et de l’autre de la politique monétaire par la BCC. Ce contrat traduit en acte la vision du ministre des Finances, Sele Yalaghuli, qui n’a cessé de prôner l’accouplement des mesures budgétaires avec les mesures de politique monétaire, dont les instruments doivent agir de manière cohérente. Pour y arriver, il importe, de l’avis de l’argentier national, que chaque partie arrive à bien jouer son rôle et à respecter ce pacte.

Laurent OMBA

Articles similaires

Fermer
Fermer