Dossier à la UneNationSécuritéSociété

Jeudi noir au Nord-Kivu : Explosion d’une bombe à Goma et éboulement de terrain à Butembo

Goma, chef-lieu du Nord-Kivu, une de deux provinces sous état de siège, a vécu un jeudi noir. Une attaque à la grenade perpétrée en début de soirée du 7 avril a endeuillé la ville montagneuse, faisant, selon un premier bilan, 8 morts et une dizaine de blessés. La bombe a explosé en plein centre-ville de Goma, près d’un bistrot du Camp de Katindo. Selon des témoins, cette explosion a été causée par un militaire en état d’ivresse et la bombe aurait sauté par inadvertance.

Sur Twitter, le porte-parole du gouvernement a tenu à rassurer les populations. «Le gouverneur militaire du Nord-Kivu vient de nous informer d’une explosion dans un bar au camp Katindo à Goma», lit-on sur un tweet de Patrick Muyaya.

Elu du coin, le député Josué Mufula a, pour sa part, réitéré sa «proposition de délocaliser les camps Katindo et Munzenze du centre-ville de Goma pour Mugunga ou ailleurs». Aux dernières nouvelles, les services sont déjà déployés pour les premières investigations. Le même jeudi, un autre drame s’est produit un peu plutôt à Butembo toujours dans la province du Nord-Kivu. Un écoulement de terre a fait trois morts.

A en croire le député provincial Promesse Matofali Yonama qui a livré l’information, ce drame s’est produit dans une briqueterie derrière un chantier en construction. Pendant ce temps, Beni, autre ville du Nord-Kivu, est en alerte rouge. Des suspicions d’attaques terroristes entre le 6 et le 25 avril pèsent sur la ville. Depuis le 6 mai 2020, les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri sont en état de siège sur décision du président de la République Félix-Antoine Tshisekedi afin d’éradiquer les forces négatives dans cette partie du pays.

Dandjes LUYILA

Articles similaires

Fermer
Fermer