Dossier à la UneNation

Eruption volcanique: José Mpanda n’y est pour rien

Premier warrior du gouvernement Sama à être interpellé à l’Assemblée nationale, le ministre de la Recherche scientifique, José Mpanda, était à la hauteur au sujet du dossier «Eruption volcanique». Dans son interpellation, le député Jean-Baptiste Mohindo Kasekwa a étalé plusieurs griefs à l’endroit du ministre José Mpanda au nombre desquels figurent la négligence délibérée du ministre, le détournement des salaires des agents de l’Observatoire volcanique de Goma -OVG-, la non prise des dispositions pour alerter la population en vue d’éviter la débandade observée lors de l’éruption volcanique. A toutes ces préoccupations comme à tant d’autres soulevées par les députés intervenant au débat, le tout premier membre du gouvernement Sama Lukonde interpellé a séduit l’assemblée plénière par la clarté et la concision de ses réponses. Dans son argumentation, il a pratiquement plaidé pour que l’Assemblée nationale, en sa qualité d’autorité budgétaire, puisse doter son ministère et surtout l’OVG d’un budget conséquent pouvant lui permettre de renforcer des recherches.

«L’éruption volcanique nous avait tous surpris. Même les spécialistes belges ou italiens branchés ou qui suivent de près les activités du volcan de Nyiragongo parlent d’une surprise dans la mesure où il n’y avait aucun signe annonciateur. Aucun», a souligné le ministre de la Recherche scientifique. Par cette réponse, José Mpanda a fait savoir, non seulement à son interpellateur, mais à tous les députés qu’on ne pouvait pas parler de la négligence au stade où il n’y pas eu d’alerte ou de signes annonciateurs.

Au sujet des moyens à mettre à la disposition de l’OVG, le ministre était plus clair comme l’eau de roche. «J’avais déjà écrit au gouvernement de l’époque pour demander des moyens financiers. Les preuves existent. Mais, il se fait que le pays a connu une mutation politique qui a conduit au changement du gouvernement», a-til indiqué.

Abordant la question sur le détournement des salaires des agents de l’OVG, José Mpanda, qui a rejeté ce fait, a bien précisé: «depuis un certain temps, les salaires de tous les agents sont bancarisés. Alors comment peut-on détourner l’argent qui est logé dans le compte de quelqu’un? Dans le même ordre d’idées, je dois souligner que les fonds qui proviennent des bailleurs sont gérés par eux-mêmes. Le ministre ne voit même pas cet argent».

Pour ce qui est de la capacité de l’OVG, le ministre de la Recherche scientifique a fait savoir à la représentation nationale que cette structure a un personnel qualifié et composé des docteurs, des géologues capables de produire un bon résultat. Pour ce qui est du matériel, a-til souligné, l’OVG est bien équipé.  A toutes les questions lui posées, le ministre José Mpanda a répondu avec maitrise, dextérité de précision. Son seul refrain était que l’Assemblée nationale dote son ministère d’un budget digne et capable de lui permettre de faire face à toutes sortes de catastrophes. C’est pratiquement l’une des recommandations que pourra formuler l’assemblée plénière au gouvernement de la République. 

Dorian KISIMBA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer