Ecofin

Matata mitonne la cellule d’analyses des indicateurs de développement

Une première dans le secteur de l’économie RD-congolaise. Désormais, il existera la Cellule d’analyses des indicateurs de développement -CAID- pour servir de lampe témoin en matière de transformation de l’économie. A en croire son initiateur, le Premier ministre MatataPonyo, la création de cette structure est motivée par la nécessité d’entamer une phase de transformation de l’économie en agissant sur l’économie réelle sur base des politiques publiques soutenues par l’analyse des indicateurs de développement et aussi par la carence de ces indicateurs surtout ceux saisis au niveau des entités décentralisées. Elle a pour mission de collecter des données en rapport avec les indicateurs de développement au niveau des entités administratives décentralisées.
La CAID va premièrement travailler dans les secteurs de l’agriculture, santé, transports, infrastructures, éducation, énergie et marché. Des personnalités de marque ont pris part aux cérémonies du lancement officiel de cette cellule, organisées jeudi 27 août à l’Hôtel Fleuve Congo. Parmi elles, les membres du gouvernement, députés, sénateurs, diplomates et autres.
Le PM MatataPonyo innove. Il a procédé jeudi au lancement du Projet de la mise en place d’un système de suivi de la mise en œuvre des stratégies du gouvernement dans les territoires -PROMISSS-DEV- et de la Cellule d’analyses des indicateurs de développement -CAID. Le projet PROMISSS-DEV sera exécuté par la CAID, qui aura pour mission de collecter des données en rapport avec les indicateurs de développement au niveau local des entités administratives décentralisées.
Matata a affirmé que la cérémonie du lancement de cette cellule traduit la volonté de Chef de l’Etat Joseph Kabila Kabange de mettre à la disposition des décideurs politiques, du gouvernement central, des gouvernements provinciaux, des entités administratives décentralisées, des bailleurs de fonds, des partenaires au développement, des ONG ainsi que des chercheurs d’université des informations justes, impartiales, opportunes ou à fond réel couvrant l’ensemble du territoire national.«La mise en place de ce système traduit la ferme détermination du gouvernement RD-congolais de s’autogérer en matière de l’élaboration de suivi et évaluation des stratégies de développement à la base.
Grâce à ce projet, avec l’appui d’autres structures, la RD-Congo sera à même de disposer de manière instantanée une batterie d’informations du développement économique et social dans chaque territoire», a fait savoir MatataPonyo. Et d’enchainer: «ce projet va pouvoir mettre à la disposition du gouvernement central et autre structures, des analyses des politiques basées sur des évidences issues des données de terrain. Il doit soutenir les décideurs pour ce qui est de la conception, la mise en œuvre et le suivi des stratégies de développement au niveau local etévaluer l’impact des interventions du gouvernement et des bailleurs de fonds au niveau local».
Le financement initial de ce projet a été assuré par le gouvernement RD-congolais. USD 5 millions sont alloués pour son démarrage. Les secteurs concernés par ce projet sont: l’agriculture -élevage et pèche-, la santé, les transports, les infrastructures, l’éducation, l’énergie et le marché. «Le gouvernement et ses partenaires ont investi d’énormes ressources pour soutenir notamment le secteur agricole, de l’éducation, de la santé, de l’énergie, des infrastructures, des transports et communication», a-t-il assuré, avant de lancer dans la foulée un vibrant appel à tous les bailleurs de fonds, soucieux d’accompagner ce type d’initiative propice à un meilleur pilotage des produits, meilleures prises en charge de logement par la base, de pouvoir se joindre à cette action afin de poursuivre le processus du développement.
S’adressant aux 145 jeunes recrutés en vue de travailler au sein de cette cellule, le PM Matata n’est pas passé par quatre chemins. Il les a invités à prendre en charge de manière responsable les fonctions qu’ils vont devoir assumer à partir de chaque territoire. L’activité a également connu la cérémonie de signature symbolique des contrats de quelques experts des territoires sous la supervision du directeur général du BCECO.
Christian BUTSILA
Stéphie MUKINZI
 

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer