Culture

«La vérité blesse l’imbécile»: pari réussi pour Félix Kisabaka

Depuis son départ de la team du Festival international d’humour de Kinshasa Toseka, l’humoriste RD-congolais Félix Kisabaka évolue en solo. Le premier de ses spectacles, «la vérité blesse l’imbécile» a eu lieu le dimanche 11 décembre dernier en la salle Monalise, dans la commune de Kintambo. Devant ce public venu de tous les coins de Kinshasa, dans un show de plus d’une heure, Kisabaka a fait preuve d’un bon go de son nouveau chemin. Il a assuré. Il a tenu ses fans en haleine durant 1 heure avec ses nouveaux sketches, juste après les vives prestations de ses poulains.
Le dimanche 11 décembre dernier, à 15 heures, en la salle Monalise, dans la commune de Kintambo, il s’est tenu, un spectacle d’humour de l’artiste humoriste Félix Kisabaka dénommé, «La vérité blesse l’imbécile». Ses fans ont répondu présents. Ayant éteint la quintessence même de son spectacle avant de l’avoir livré, l’humoriste RD-congolais a surpris ses fans avec des nouveaux sketches inhabituels tout en exploitant son poignant thème «La vérité blesse l’imbécile». Durant sa chaleureuse prestation sur la scène de Monalise, ce professionnel du Stand-up a prêché la ponctualité qu’il estime denrée rare dans la tête de presque tous les kinois, tout en prenant d’exemples très claires marrant mais qui portent conseil. L’artiste a également parlé de l’éducation. Tout en faisant rigoler, Félix a clairement fait remarquer comment les séries télévisées indiennes et mexicaines détruisent l’éducation des enfants dans les familles kinoises. «Vous n’avez jamais remarqué à Kinshasa, actuellement, dans les familles, les enfants, filles comme garçons deviennent hypocrites à la maison? Imaginez: papa, maman et les enfants regardent une série à la télé et il y a un homme et une femme qui s’embrassent sur la bouche. Du coup, les enfants font semblant de manipuler leurs téléphones portables en main, ce qui ne fait pas partie de la tradition africaine. L’éducation des enfants est bafouée», a-t-il relaté. Ensuite, il a fini par déplorer les mauvais comportements de certains pasteurs de Kinshasa. Enfin, il a prêché l’amour du prochain.
René KANZUKU

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer