Culture

Mannequin le plus célèbre en 2015 :Tania Nzau envisage devenir Top model

FB_IMG_1439303855619IMG-20150927-WA0018Sacrée Mannequin le plus célèbre en 2015 en RD-Congo par le Festival «A», Tania Nzau Mukenge ne compte pas dormir sur ses lauriers. Elle envisage devenir Top model, et estime être sur une bonne voie bien que le chemin soit encore long à parcourir. «Je n’ai pas encore franchi la moitié du chemin», a-t-elle dis au cours d’un entretien à AfricaNews quelque part dans la commune de Kintambo où elle a fait ses premiers pas en mannequinat au Lycée Bolingani.
Après avoir été plébiscitée mannequin le plus célèbre en 2015 par le      Festival «A», Tania Nzau se fixe dorénavant pour la réalisation de son plus grand rêve, celui de devenir Top model. Selon elle, «à Kinshasa, il y a beaucoup de mannequins, qui ne sont malheureusement pas connues sur la scène internationale». D’où, «mon rêve est que je sois citée dans la mode au niveau international. J’envisage aussi participer dans des défilés d’ailleurs et assister à des formations pour apprendre encore plus», a-t-elle révélé. En vue de matérialiser son rêve, Tania Nzau ne compte exploiter aucun autre secret si ce n’est le travail.
«Je travaille à fond avec différents coachs qui viennent de presque partout pour nous encadrer.  Je m’imprègne de ce qui se passe partout ailleurs et je regarde des défilés modernes diffusés sur des chaînes de télévision, question d’être toujours à la page», a-t-elle expliqué tout en signifiant: «le mannequinat est un métier éphémère. Je dois continuer à travailler pour m’ouvrir d’autres horizons», a lancé Tania Nzau qui, pour avoir glané le trophée de célébrité 2015, s’est sentie contente et fière d’elle-même.
Pourtant à ses débuts, Tania Nzau n’espérait pas faire long feu dans ce métier. «Quand j’ai commencé le mannequinat, je le prenais pour une distraction. C’était comme une blague. Je n’envisageais pas faire une carrière professionnelle, me disant qu’en RD-Congo la mode ne paie pas. Je le faisais juste pour mon propre plaisir», a-t-elle raconté. C’est au Lycée Bolingani de Kintambo qu’elle a fait ses premiers pas. «J’étudiais encore au lycée Bolingani à Kintambo quand un photographe me disait toujours, brandissant les photos des mannequins, que j’ai la morphologie d’une miss. Une fois sur ma demande, il m’a amené dans une agence à Bandalungwa où j’ai été appréciée par presque tout le monde dès ma première prestation. Du coup j’ai pris goût», s’est rappelée Tania qui, tout au long de son parcours, a participé dans tous les défilés Vlisco depuis 2012, avant de se révéler lors de trois dernières éditions de Kinshasa fashion week, au Fashion show de Pointe-noire, et différents festivals à Brazzaville.
Tania Nzau est née dans une famille des culturels. Son jeune frère, Julio Las Rossygnol, œuvre comme musicien au sein du label Amisca Prod. Malgré son engagement dans le monde de la mode, Tania Nzau a poursuivi ses études à l’Université pédagogique nationale -UPN- où elle a décroché une licence en Relations internationales.
Elle s’oppose par ailleurs à toute idée selon laquelle le mannequin exhibe son corps. «Un mannequin n’exhibe pas son corps. Il est un cintre vivant qui vient juste présenter une collection point barre. On n’a pas besoin de sa beauté ni de ses formes», a-t-elle asséné.
Ce trophée, Tania Nzau l’a reçu le samedi 26 septembre dernier lors de la deuxième édition du Festival «A» tenue au Palm Beach à Gombe. Ce festival prime les mannequins et les stylistes dans le souci de les encourager à travailler d’avantage au profit de la mode.
Laurent OMBA
René KANZUKU

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer