Culture

Fiston Mwanza sur le toit de l’Afrique

Fiston Mwanza Mujila, écrivain francophone d’origine RD-congolaise, chapeaute toute l’Afrique. Ce poète et romancier de 35 ans vient de remporter le Prix Etisalat de la littérature 2015, premier prix panafricain récompensant les premiers ouvrages de fiction d’auteurs africains. Grâce à cette victoire, il est devenu le premier écrivain francophone à remporter ce prestigieux prix. Retransmise en direct sur «Hip TV», la cérémonie de remise de prix organisée le 30 mars 2016 à l’intercontinental Lagos Hôtel au Nigéria, à l’issue de laquelle un chèque de 15 mille Euros, un Iphone 6S et plein d’autres prix lui ont été remis assortis d’une possibilité de prendre part à Etisalat fellowship d’une valeur d’environ 17 mille Euros à l’université d’East Anglia au Royaume-Uni, a été suivie par plus de 30 millions de téléspectateurs et plusieurs internautes.
«Tram 83», premier roman de Fiston Mwanza Mujila, est le premier, depuis 20 ans, de bénéficier d’une traduction anglaise à partir du français. Dans ce roman, l’auteur raconte les péripéties de Lucien, un écrivain idéaliste happé par le monde dystopique de son Requiem, un gangster qui règne sans pitié sur la vie nocturne extravagante, scandaleuse et libertine d’une ville-état sécessionniste. Cet ouvrage tire son intitulé d’une boite de nuit située au cœur de cette ville en ruine dans laquelle évoluent Requiem et sa bande de personnages haut en couleur.
Né à Lubumbashi en RD-Congo, Fiston Mwanza a étudié la littérature et les sciences humaines à l’Université de Lubumbashi -UNILU. Résidant à Graz en Autriche, ce lauréat prépare son doctorat en langues romanes. Habitué à rempoter des prix, il en a raflé plusieurs dont une médaille d’or aux 6ème Jeux de la francophonie à Beyrouth et le Prix du meilleur texte de théâtre en 2010.
Présidé par Ato Quayson, professeur d’Anglais et premier directeur du Centre pour les études sur la Diaspora à l’Université de Toronto, le jury du Prix Etisalat a été composé de trois membres dont l’écrivaine et l’éditrice Molara Wood et l’auteure de «Men of the south» ainsi que de «London cape town joburg», Zukiswa Wanner. «Nous sommes très heureux de célébrer une fois de plus la richesse et la force de la littérature africaine. Le Prix Etisalat de littérature s’inscrit dans le thème de cette année qui est la représentation de la diversité des voix africaines. Si la diversité est merveilleuse par elle-même, le plus important n’est pas sa beauté intangible mais le fait qu’elle est une immense source d’innovation. La diversité du continent africain est de plus en plus reconnue. Elle crée de nouvelles approches de la littérature mondiale et montre que l’innovation est cruciale dans le monde littéraire», a affirmé Matthew Willsher, président directeur général d’Etisalat Nigéria.
Fidèle à sa vision, Etisalat entend sponsoriser une tournée littéraire dans trois villes africaines. Conformément à ses objectifs, ce prix entend également à promouvoir l’industrie de l’édition dans son ensemble avec l’ambition d’acheter mille copies de tous livres présélectionnés en vue de les offrir à des écoles, clubs littéraires et bibliothèques partout en Afrique.
Etisalat bénéficie du mécénat de la célèbre écrivaine ghanéenne Ama Ata Aidoo, du journaliste nigérian Dele Olojede, lauréat du Prix Pulitzer, de l’ancienne éditrice adjointe de Granta magazine et ancienne éditrice principale de Jonathan Cape, Random house, le Zimbabwo-britanique Ellah Allfrey et tant d’autres. Le tout en présence de plusieurs personnalités et autorités nigériane. Incontestablement, Fiston Mwanza Mujila a hissé très haut les couleurs nationales.
Barick BUEMA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer