Culture

Dr Mukwege attendu à l’Institut français de Kinshasa

Reconnu universellement comme mois dédié à la femme, le mois de mars, à l’Institut français de Kinshasa -IFK-, aligne un programme dont la femme occupe une place centrale. Cet institut accueillera les 15 et 16 mars prochains le Docteur Denis Mukwege, réputé pour son combat en faveur des femmes déchirées par les violences sexuelles à l’Est de la RD-Congo. Au cours de chacune de ces soirées, un film documentaire sur l’action de Dr Mukwege sera projeté et sera suivi des débats et échanges autour de la question des droits des femmes et de la lutte contre les violences sexuelles en RD-Congo. Le mardi 16, c’est le film documentaire d’Angèle Diabang qui sera projeté en sa présence. Intitulé «Congo, un médecin pour sauver les femmes», ce film donne la parole au Dr Mukwege, aux soignants et à leurs patientes et est considéré comme un cri à la face du monde. Il présente le chirurgien RD-congolais opérant depuis 15 ans, dans l’hôpital qu’il a fondé, des femmes victimes des sévices sexuels dans la province du Sud-Kivu. Au terme de la projection de ce film, un débat sera engagé sur la thématique des droits des femmes autour du Dr Mukwege, d’Angèle Diabang et de personnalités qualifiées. Le lendemain, soit le mercredi 17 mars, «L’homme qui répare les femmes», film de Thierry Michel et Colette Braeckman, sera exposé.
Ce documentaire met en exergue la reconnaissance au niveau international du Dr. Mukwege comme l’homme qui répare ces milliers de femmes violées durant 20 ans de conflits à l’Est de la RD-Congo. Puis, il dévoile les conditions de vie dans lesquelles est placé ce médecin suite aux menaces de mort et même à une tentative d’assassinat à laquelle il a miraculeusement échappé en fin 2012. Le lauréat du prix «Héros pour l’Afrique» vit cloîtré dans son hôpital de Bukavu, sous la protection des Casques bleus de l’ONU. Aussi, Thierry Michel révèle dans son film que Denis Mukwege Mukengere n’est plus seul dans cette lutte. Il est désormais accompagné par ces femmes auxquelles il a rendu leur intégrité physique et leur dignité, devenues grâce à lui de véritables activistes de la paix, assoiffées de justice. Le prix Sakharov 2014 interviendra à la fin de la projection de ce film d’1h 55 min pour un échange avec le public.
 
 
LOI

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer