Culture

Dak’art 2014: Jean Katambayi, le seul RD-congolais admis à l'exposition

Jean Katambayi
C’est finalement connu. La Biennale de l’art contemporain africain, Dak’art 2014, ouvre ses portes le 9 mai prochain à Dakar au Sénégal. Cette grand-messe culturelle continentale qui s’étendra jusqu’au 8 juin prochain, réunira de nombreux artistes et professionnels des arts visuels de l’Afrique et du monde. La RD-Congo sera de la partie grâce à l’artiste Jean Katambayi Mukendi. Ce jeune qui vit et travaille à Lubumbashi sera aux côtés de 60 autres artistes africains et de la Diaspora classés dans la catégorie exposition internationale.   
La 11ème édition de la Biennale de Dakar s’annonce avec un programme innovant que le public et les amoureux des arts visuels découvriront dans les cinq sites retenus à Dakar et dans de nombreuses villes du pays de la Teranga, le Sénégal: les rencontres sur le thème des métiers de l’art, l’exposition internationale de 61 artistes africains et de la Diaspora conçue par les commissaires Elise Atangana, Abdelkader Damani et Smooth Ugochukwu Nzewi, des expositions d’artistes invités, trois expositions hommages -Dimé, Diop, Diakhaté-, la sculpture africaine, l’Art vert sur le campus et plus de 200 expositions OFF.
Pour donner du tonus à cette fête de l’art contemporain, plusieurs autres animations sont prévues dans la ville notamment les projections des films sur l’art contemporain, des défilés de mode et des concerts, indique un communiqué du secrétariat général de la biennale. Comme à cela se passe à chaque édition de Dak’art,  les prix seront remis le jour de l’ouverture au Grand Théâtre en présence du Président de la République du Sénégal, Macky Sall, du ministre de la Culture et du Patrimoine, Abdou Aziz Mbaye, de la présidente du comité d’orientation de Dak’Art, Thérèse Turpin Diatta et d’Abdelkader Damani, commissaire représentant le jury de Dak’Art 2014.
Parmi les prix qui seront décernés, il y a le Grand Prix «Léopold Sédar Senghor» offert par le Président de la République, le Prix du ministre de la Culture et du Patrimoine, le Prix de l’Organisation internationale de la Francophonie, le prix de la ville de Dakar offert par le maire de Dakar, le Prix de la Fondation Blachère, le Prix Oumar Ndao pour la Biennale de l’art contemporain de Dakar offert par Vives voix, le Prix de l’Union économique et monétaire ouest africaine, le Prix du Studio national des arts contemporains, le Prix du centre Soleil d’Afrique.
Le travail atypique de Katambayi
La RD-Congo marquera son empreinte lors de ce grand rendez-vous culturel grâce à Jean Katumbayi Mukendi. Ce jeune dont l’avenir demeure prometteur représentera le pays avec ses nouvelles créations. Le travail de Jean Katambayi Mukendi reste atypique et complexe. Son œuvre traite de problématiques économiques et sociales qui se révèlent non seulement par l’esthétique des œuvres mais aussi par leurs thématiques: éducation, énergie, santé.
La particularité de ce travail est l’emploi de matériaux usuels détournés ou la reproduction d’objets du quotidien à partir de matériaux de récupération. Son œuvre sélectionnée intitulé «Lukutu» traite d’un problème de santé publique en RD-Congo. Représentant un alambic de fortune, Katambayi révèle les réalités de la fabrication et commercialisation du Lutuku, whisky fortement alcoolisé obtenu par la distillation des grains de maïs fermentés.
Toutefois, la participation de la RD-Congo à cette 11ème édition de Dak’art apparait en tout cas presque faible. Cela pourrait être justifié par une mauvaise politique culturelle, particulièrement celle concernant les arts visuels. Le manque des réseaux professionnels s’est confirmé encore une fois. Et pourtant, la RD-Congo occupe la deuxième position en ex-æquo avec le Maroc en termes des prix. Ces sacres sont des œuvres de Michèle Magema en 2004 et Moridja Kitenge Banza en 2010.
 
Patrick NZAZI     

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer