ActualitésDossier à la UneNationPolitique

UDPS vs PPRD: marches interdites

L’UDPS a appelé ses combattants à une manifestation anti-Malonda le jeudi 9 juillet dans les rues de Kinshasa. Le PPRD, son allié au sein de la coalition FCC-CACH, a prévu de répliquer en organisant, de son côté, du 8 au 10 juillet, une série de marches pacifiques «pour soutenir les institutions de la République et les acquis de l’alternance pacifique en République démocratique du Congo». Via leurs responsables, le PPRD et l’UDPS ont même chacun en ce qui le concerne une demande au gouverneur de la ville de Kinshasa. Mais ce dernier a refusé de prendre acte de leurs requêtes, rappelant aux uns et aux autres dans des lettres datées du 7 juillet 2020 que «la République est en état d’urgence sanitaire pour lutter contre la propagation de la Covid-19». Gentiny Ngobila a évoqué les mesures restrictives édictées dans ce cadre par le Président de la République, notamment l’interdiction de rassemblement de plus de vingt personnes et le respect de la distanciation physique, précisant que les manifestations envisagées vont à leur encontre. Comme dans pareil cas, un dispositif policier sera certainement déployé dans la capitale pendant ces jours pour faire respecter l’interdiction de manifester. Dans l’entourage du gouverneur Ngobila et dans certains milieux kinois, la mesure est saluée. «Les risques sanitaires que de tels événements sont susceptibles de générer justifient que le gouverneur n’autorise pas, à titre dérogatoire, ces manifestations», ont-ils commenté. A l’UDPS comme au PPRD, les organisateurs avaient annoncé des manifestations avec masques et distanciation physique. Le parcours de ces événements devait démarrer dans les quartiers populaires, pour passer sur les grandes artères de la capitale et se terminer devant le Palais du peuple, siège du Parlement. 

Tino MABADA 

Articles similaires

Fermer
Fermer