ActualitésSociété

Tshikuya: son projet déboule à l’Equateur

Le 13 décembre 2017, la première pierre de construction du bâtiment ultramoderne de l’INPP-Mbandaka a été posée en présence de l’ambassadeur de France Alain Rémy, dont le gouvernement, via l’Agence française de développement -AFD-, a encore délié le cordon de la bourse, après avoir financé l’érection des sièges de Bukavu au Sud-Kivu et Matadi dans le Kongo Central, dans le cadre du vaste projet de renforcement de l’appui à l’Institut national de préparation professionnelle -INPP. Le souci est de permettre à cette entreprise de répondre aux grands enjeux du développement économique durable par le renforcement des capacités professionnelles des publics actifs avec orientation renforcée vers l’accès à l’emploi des femmes et des personnes vulnérables. Il répond au projet de l’administrateur-directeur général Maurice Tshikuya Kayembe visant la modernisation administrative et pédagogique de l’INPP, l’amélioration des innovations mises en branle par l’actuel Comité de direction par la mise en œuvre d’un fonds dédié et l’appui du déploiement de l’offre de formation dans les provinces.
 
Conçu pour être situé au cœur du chef-lieu de la province de l’Equateur, à un jet de salive du gouvernorat, le futur siège de l’INPP-Mbandaka sera organisé sur un ensemble de deux bâtiments en étages, contribuant non seulement à l’embellissement de la ville mais comprenant aussi et surtout bureaux et salles de formation professionnelle. Comme les sièges de Bukavu au Sud-Kivu et Matadi dans le Kongo Central, également financés par l’AFD et construits pour répondre aux besoins spécifiques de ces provinces, l’érection de l’INPP-Mbandaka va contribuer, indique-t-on, à améliorer l’offre de formation de l’INPP dans cette province à la fois en diversifiant les modules de formation et en améliorant le cadre de formation des stagiaires.
Actuellement, les formations dispensées à l’INPP-Mbandaka sont axées sur le domaine tertiaire. Les nouveaux bâtiments vont permettre la mise en place de nouvelles formations dans le domaine du bâtiment, de la menuiserie, de la mécanique, etc.
Les formations ciblées tiennent compte des potentialités économiques de la province de l’Equateur, du bassin d’emploi et de la zone d’employabilité. Elles seront donc essentiellement orientées vers les métiers du bois, de l’agroforesterie et de l’agroalimentaire artisanale. Les nouveaux locaux, dont le coût prévisionnel de construction s’élève à 1,5 millions d’euros, seront également dotés des mobiliers et équipements pédagogiques dont la valeur est évaluée à 1 millions d’euros, adaptés aux formations envisagées.
Faire de la province de l’Equateur un pool de développement économique
Fier de la matérialisation assurée de son ambitieux projet de modernisation de l’INPP, l’ADG Maurice Tshikuya a salué la présence de l’ambassadeur de France à la cérémonie de Mbandaka, témoignage «de l’intérêt que la France accorde à l’amélioration de la qualité de l’enseignement professionnel en République démocratique du Congo». Il a indiqué que grâce au partenariat avec l’AFD, l’INPP écrit une nouvelle page d’histoire et marque un nouveau pas vers l’employabilité des travailleurs et le développement des compétences des jeunes. A en croire Tshikuya, ce projet, qui vient se positionner en extension et renforcement de sa feuille de route, repose sur le double objectif de former des hommes des métiers capables de booster la production et les emplois avant de faire de la province de l’Equateur un pool de développement économique.
De son côté, l’ambassadeur Alain Rémy a remercié la population de Mbandaka pour son enthousiasme, précisant que cette belle série devra se poursuivre parce que le besoin de la formation professionnelle se ressent en République démocratique du Congo, tant «pour assurer un avenir à la jeunesse et le développement au pays» que pour «faciliter l’insertion économique des jeunes».
Pour l’ambassadeur de France à Kinshasa, la construction de cet ouvrage et les formations prévues visent également le désenclavement de Mbandaka et de l’Equateur, une région difficile d’accès, la protection de l’environnement et la résolution relative du problème de l’exploitation illégale de la forêt avec la prochaine mise en œuvre d’un projet de préservation de la forêt équatoriale. Madame le gouverneur intérimaire de l’Equateur, des ministres et députés provinciaux, les membres du Conseil d’administration et du Comité de direction de l’INPP, une délégation de l’AFD conduite par le directeur de cette agence, Didier Grebert, des cadres et agents venus du siège de Kinshasa et de certaines provinces, des représentants des ONGs locales ainsi que d’autres invités triés sur le volet ont pris part à cette manifestation ovationnée par des centaines d’habitants de la ville de Mbandaka.

AKM

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer