ActualitésEcofinNationSociété

Tony Mwaba: la gratuité de l’Enseignement est non-négociable

Dans l’exercice de redevabilité instauré par le ministre en charge de la Communication et Médias, Patrick Muyaya, le tour était, jeudi 21 octobre, au ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et technique -EPST-, Tony Mwaba, de venir rendre compte à l’opinion de la situation qui prévaut présentement dans son secteur. Celui-ci, on le sait, est secoué par un mouvement de grève déclenché par les syndicats des enseignants. Mais, pour le ministre de l’EPST, ce mouvement est essentiellement porté par le syndicat des écoles catholiques.

Après avoir démontré noir sur blanc, l’illégalité de cette grève, mais surtout après la signature de l’arrêté interministériel qui ouvre la voie à la reprise des pourparlers, les professeurs perçoivent autre chose que la poursuite de la grève. Soit une guerre déclarée contre la gratuité. C’est pourquoi, a-t-il lancé, cette gratuité est non-négociable. Le gouvernement va s’employer à la consolider et à la pérenniser.

Affichant son optimisme quant à la fin partout de ce mouvement de grève, le ministre Tony Mwaba Kazadi a lancé un message clair à l’endroit des enseignants grévistes qui doivent stopper avec leur mouvement en vue de reprendre les cours. Aux parents d’élèves, il demande de tirer les oreilles à leurs enfants pour éviter de se faire manipuler par les hommes politiques. Allusion faite à la situation qui s’est passée hier dans la capitale où plusieurs élèves, venus même des écoles lointaines, ont été transportés dans des bus et amenés au Palais du peuple.

Loin d’être un mouvement spontané, la marche des élèves de la capitale et le fait de la manipulation de ceux-ci par les hommes politiques. A ces derniers, il a demandé d’arrêter ce genre de comportement. Mais pourquoi faut-il que les enseignants arrêtent leur mouvement? Le ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et technique a annoncé officiellement la signature d’un arrêté interministériel augurant la reprise des négociations avec le banc syndical. A l’en croire, cette reprise des négociations interviendra bientôt. C’est pourquoi il promet la solution aux revendications des enseignants, dans le cadre desdites négociations. «Occupez-vous des élèves, nous allons bientôt nous occuper de vous», a-t-il appelé.

JeJe MBUYAMBA

Articles similaires

Fermer
Fermer