ActualitésPolitique

RDC : Ngobila donne son feu-vert pour le sit-in des femmes à la Présidence pour réclamer un quota de 30% au prochain gouvernement

Seulement 1000 femmes sont autorisées à marcher au lieu de 3000. Elles vont se rencontrer à la Place des évolués, dans la commune de la Gombe

Le gouverneur de la ville de Kinshasa, Gentiny Ngobila Mbaka, a reçu, jeudi 01 avril 2021, une forte délégation du Cadre de concertation des femmes congolaises -CAFCO. Conduite par sa présidente Rose Mutombo Kiesse, ladite délégation est allée solliciter l’autorisation du numéro un de la ville de Kinshasa pour l’organisation, ce vendredi 2 mars, pendant une heure, d’un sit-in aux alentours du Palais de la nation. Il s’agit là d’une pression que veut exercer cette organisation réunissant des femmes politiques et de la Société civile.

L’objectif étant d’exiger aux chefs des regroupements politiques d’assurer les 30% de représentativité reconnue à la femme RD-congolaise en attendant d’atteindre les 50% tel que stipulé dans la Constitution. Pour la présidente du CAFCO qui a attesté être en face d’une personnalité sensible à la cause de la femme, cette manifestation vise à soutenir la position du Président de la République Félix-Antoine Tshisekedi et le Premier ministre Sama Lukonde qui tiennent à la présence des femmes dans le gouvernement.

«A travers ce sit-in, les femmes vont démontrer leur détermination à aller jusqu’au bout de leur combat», a déclaré la cheffe de la délégation. Pour sa part, le chef de l’exécutif provincial a signifié qu’à cause de la pandémie, toutes les manifestations sont suspendues. Et d’ajouter: «j’autorise l’activité exceptionnellement car votre combat est légitime et noble». Ce, avant d’insister sur le respect des gestes barrières pour éviter la propagation à grande échelle de la Covid-19.

Notons que 1000 femmes sont attendues au lieu de 3000. Point de rencontre: la Place des évolués, dans la commune de la Gombe. Il y a peu, le Secrétaire général de UDPS/Tshisekedi, Augustin Kabuya, avait révélé que si le gouvernement Lukonde tarde, c’est parce que les partis et regroupements politiques n’ont pas proposé les femmes sur les listes transmises au Premier ministre. Autrement dit, les hommes leaders des partis et regroupements politiques sont accusés de discriminer la gente féminine pourtant très nombreuse en leur sein.

En mars dernier, la Première Dame de la RD-Congo, Denise Nyakeru Tshisekedi, a été voir le chef du gouvernement Jean-Michel Sama Lukonde pour plaider la cause de la femme et surtout sa représentativité au sein de son gouvernement. Si cette représentativité a été de 18% dans le gouvernement Ilunkamba, les femmes exigent 30% au sein de celui de Sama Lukonde. On attend voir.

Octave MUKENDI

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer