ActualitésDossier à la UneJusticeNation

RDC: Kamerhe et Jammal en procès mais 401 containers des maisons bloqués à Matadi, Lobito et Dar es Salaam

Dans une vidéo tournée le week-end en plein Camp Tshatshi, les employés de l’entreprise Samibo, pourtant présentée comme fictive, déclarent avoir réalisé 80% des travaux prévus sur ce site et appellent le Président de la République à s’impliquer personnellement dans le dossier de leur patron incarcéré, laissant entendre que sa présence les motiverait et ferait davantage évoluer le travail…

Vital Kamerhe, le Directeur de Cabinet du Président de la République, et Samih Jammal, le gérant de la société Samibo reviennent à la barre le 25 mai face au Ministère public qui les accuse de détournement de 48,831 millions de dollars destinés à la construction de 3000 maisons préfabriquées commandées par la République dans le cadre du programme d’urgence des 100 jours. Sur terrain, il semble que Samibo continue de remplir sa part de contrat en dépit de l’incarcération de son boss. En témoigne, la vidéo tournée le week-end en plein Camp Tshatshi par les employées de cette entreprise pourtant présentée comme fictive. Ces travailleurs ont déclaré avoir réalisé 80% des travaux prévus sur ce site. «Nous voulions vous montrer toutes ces maisons que vous êtes en train de voir», a dit leur porte-parole, appelant le Président de la République à s’impliquer personnellement dans le dossier de leur patron, estimant que sa présence les motiverait et ferait davantage évoluer le travail. «La présence de Monsieur Samih Jammal faciliterait le dédouanement des containers, notamment 20 containers des carreaux à Matadi et 400 autres containers bloqués dans différents ports», ont-ils plaidé.

Les affirmations des travailleurs ont l’avantage de corroborer les doléances du gérant de Samibo reprises dans le courrier adressé à Félix Tshisekedi le 29 janvier 2020, indiquant qu’un grand nombre de containers se trouvent dans les ports de Lobito en Angola et Dar-es-Salaam en Tanzanie, faisant part des menaces des administrations de ces pays de facturer les dommages. Il s’agit de 167 containers des maisons préfabriquées destinées à la ville de Kananga, 67 pour Mbuji-Mayi, 67 pour le Sud-Kivu, tandis que près de 100 autres containers sont signalés au port de Matadi. Samih Jammal a également été reçu par le Premier ministre Ilunga Ilunkamba à ce sujet, sans suite.

Le 17 avril 2020, l’avocat de Samih Jammal, le bâtonnier Mbu ne Letang a essayé, pour sa part, de faire comprendre à Félix Tshisekedi que pendant que le gérant de Samibo était détenu, le travail se poursuivait, mais son compte étant bloqué, il n’y avait pas de quoi payer les 1000 ouvriers et techniciens RD-congolais ainsi que les 8 ingénieurs turcs opérant sur les chantiers.

Partant de ces évidences, les pro-Kamerhe se demandent comment le Ministère public peut parler de détournement et si les maisons déjà construites au Camp Tshatshi et celles retenues dans différents ports faute de paiement par la République auraient été livrées au Directeur de Cabinet pour un intérêt personnel. Ils ne s’expliquent pas les poursuites judiciaires à l’encontre de ce dernier alors que la société de Samih Jammal a fourni près de 100 containers des maisons arrivés au port de Matadi contre seulement une petite avance de 2,137 millions de dollars sur un total de 57 millions de dollars.

KISUNGU KAS

Articles similaires

Fermer
Fermer