Actualités

Examen du rapport de la commission d’irrégularités pendant les élections du 20 décembre: Denis Kadima convoque une plénière de diversion ce jeudi, la Cenco, les missions d’observation et les parties au processus appelées à rejeter les résultats de cette réunion

Des sources internes confient que Denis Kadima a convoqué ce jeudi une plénière de la CENI afin d’examiner le rapport de la commission d’irrégularités observées pendant le déroulement des élections.

Selon les mêmes sources, cette plénière a un triple objectif: constater les irrégularités, établir les responsabilités et prendre des sanctions éventuelles, probablement l’annulation de vote dans certains bureaux ou circonscriptions et des sanctions à l’endroit de quelques acteurs du processus.

Pareille démarche vise plutôt à consacrer la diversion dans ce sens
qu’au delà de tout, l’objectif de cette réunion autour de Kadima est celui de minimiser l’impact de ces irrégularités -surtout au niveau de l’élection présidentielle- blanchir le processus et préparer l’opinion à la publication des résultats provisoires, analyse en privé un cadre de la Synergie des Missions d’Observation électorale SYMOCEL -MOE SYMOCEL.
«Comment condamner seuls des candidats députés de l’Union sacrée surpris en train de voter pour eux-mêmes et pour leur candidat à la présidentielle? Les membres de cette Commission auraient-ils le courage de dénoncer la CENI, la seule à maîtriser le circuit de distribution de ces machines retrouvées aux mains de ces candidats tricheurs et visiblement à l’origine de cette détention des effets électoraux par des tiers?», interroge-t-il.

Pour ce dernier, «il est très important que les parties prenantes au processus dénoncent cette nouvelle manœuvre de la CENI, principale responsable du chaos électoral décrié par tous, qui veut s’ériger en juge et partie, en faisant une sorte d’autocritique, qu’elle voudrait faire endosser à toutes les parties au processus».

De l’avis de ce cadre de SYMOCEL,
la CENCO, les missions d’observations et toutes les composantes au processus électoral, devraient communiquer largement sur la question afin de prévenir ou même faire échec à cette démarche qui vise à rendre crédibles les résultats des votes au-delà des toutes les irrégularités relevées.

Derrière cette réunion, Kadima «vise aussi à culpabiliser tout le monde et partager les responsabilités. Un coupable ne peut pas devenir juge».

Natine K.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page