ActualitésNation

Projet de loi électorale: les alibis de l’Opposition

Le président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku,  a ouvert, dimanche 03 décembre, des consultations au bureau de la chambre basse du Parlement avec quelques délégués des députés de l’Opposition, de la Majorité présidentielle -MP- et des non-inscrits. Les travaux ont choppé suite à plusieurs absences des députés de l’Opposition, et vont reprendre ce lundi 04 décembre, apprend-on. L’objectif de ces consultations, selon Aubin Minaku, est de recueillir les avis et les suggestions des groupes de l’Opposition sur le projet de la loi électorale actuellement en discussion au Parlement, devant régir la tenue des élections en RD-Congo. Cependant, côté de la population, l’on soupçonne une manœuvre dilatoire des opposants politiques RD-congolais à ne pas vouloir de la tenue des élections. L’opinion nationale commence à penser que l’Opposition a peur des élections, dans la mesure où chaque fois que la CENI publie un calendrier électoral, elle ne s’est toujours pas montrée prête à affronter les scrutins.  La plénière de samedi s’est déroulée en l’absence d’un bon nombre de députés nationaux de l’Opposition qui ont décidé de sécher la séance consacrée au débat sur le projet de loi électorale sous examen, estimant qu’il était nécessaire d’en discuter d’abord avec le bureau avant le débat en plénière. Selon des sources concordantes, un jour plutôt, soit vendredi 01 décembre, les députés de l’Opposition ont suspendu leur participation à la Commission politique, administrative et juridique -PAJ- de l’Assemblée nationale autour des travaux d’examen du projet de loi électorale. Selon ces députés de l’Opposition, la nouvelle loi a pour objectif d’éliminer certains candidats de l’Opposition comme Moïse Katumbi, Jean-Pierre Bemba et Franck Diongo. Membre de cette commission, le député Toussaint Alonga de la Nouvelle dynamique de l’Opposition a dénoncé, à la faveur d’un point de presse vendredi dernier, ce qu’il qualifie de dispositions liberticides contenues dans ce  projet de loi. Pour sa part, la population RD-congolaise se dit fatiguée de manœuvres dilatoires des opposants politiques qui, selon elle, a peur d’affronter les élections. «Ce n’est pas la première fois. Ces opposants ont toujours trouvé des astuces pour dire non aux différents calendriers publiés par la Commission électorale nationale indépendante -CENI. Alors que le peuple a besoin des élections, eux sont à la quête d’argent», déclare un compatriote couvert d’anonymat.

OK

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer