ActualitésDossier à la UneSociété

RDC : Claude Nyamugabo appelle à la protection des ressources biologiques

Le monde commémore, ce 22 mai, la Journée internationale de la biodiversité. «Nos solutions sont dans la nature», c’est le thème retenu pour cette année 2020. En RD-Congo, le gouvernement n’a pas voulu faire passer inaperçue cette date. Dans son message à la population, le ministre de l’Environnement et développement durable, Claude NyamugaboBazibuhe, indique que le thème choisi cette année est en même temps révélateur et interpellateur surtout en cette période où le monde entier fait face à la pandémie à coronavirus. Pour lui, c’est l’occasion de réfléchir sur le fait que la biodiversité demeure la réponse aux principaux défis auxquels l’humanité fait face, en vue de garantir le développement durable. S’appuyant sur la position de la RD-Congo comme étant l’un des sept pays ayant plus de dix mille espèces endogènes, Claude Nyamugabo exhorte la population à éviter des pratiques qui menacent l’existence des ressources biologiques et qui concourent à leur disparition tout en compromettant le fonctionnement des écosystèmes. Parmi ces activités, il cite entre autres la déforestation, l’agriculture itinérante sur brûlis, le braconnage, l’occupation des aires protégées par les groupes armés, l’introduction des espèces exotiques envahissantes et l’exploitation minière artisanale.

«De manière concrète, nous sommes engagés à élaborer  les mesures d’application de la loi relative à la  Conservation de la nature en vue de valoriser nos  ressources biologiques, viabiliser nos aires protégées et lutter contre la pauvreté par l’amélioration des  conditions de vie de nos populations», déclare le ministre Nyamugabo. Quant à la crise sanitaire causée à l’échelle mondiale par la Covid-19, Claude Nyamugabo révèle qu’il y a de plus en plus d’évidence que l’émergence de cette maladie soit  liée à la vente d’animaux sauvages vivants destinés à la  consommation humaine qui aurait facilité la  transmission du virus de l’animal à l’homme. Il soutient que l’érosion de la biodiversité serait à la base de l’apparition des maladies transmises à l’homme par les animaux. «Dans tous les cas, il nous faut tirer les leçons de la  situation actuelle, en contribuant aux efforts mondiaux  tendant à prévenir de nouvelles pandémies», conclut-il, avant de remercier les partenaires techniques et financiers qui accompagnent la RD-Congo dans sa mission de conservation de la biodiversité et de l’utilisation durable de ses éléments constitutifs. Ci-dessous, l’intégration du message du ministre de l’environnement et développement durable.

Olitho KAHUNGU

Articles similaires

Fermer
Fermer