Myriam Nguwa appelle les RD-Congolais à dire non à la balkanisation

0

En marge de la célébration du 19ème anniversaire de la mort de M’Zée Laurent-Désiré Kabila, l’Alliance des patriotes de la nouvelle génération -APNG-, parti cher d’Adolph Mwarabu,  a organisé une marche de santé jeudi 16 janvier 2019. A cette occasion, Myriam Nguwa, vice-présidente de la ligue des femmes chargée des questions politiques, a invité toute la population RD-congolaise à dire non à la balkanisation de la RD-Congo. Selon elle, accepter cela, c’est désobéir au testament nous léguer par Laurent-Désiré Kabila de ne jamais trahir notre pays. Par ailleurs, elle invite Félix-Antoine Tshisekedi à tenir compte de la parité homme-femme lors de la nomination des mandataires publics  ainsi que des ambassadeurs.

16 janvier 2001-16 janvier 2020, 19 ans déjà depuis que Feu M’Zée Laurent-Désiré Kabila a été assassiné. Pour commémorer cette date inoubliable, l’Alliance des patriotes de la nouvelle génération -APNG- a organisé une marche de santé le même jour. Saisissant cette opportunité, Myriam Nguwa, vice-présidente de la ligue des femmes en charge des questions politiques, a exhorté toute la population à suivre l’exemple de Laurent-Désiré Kabila qui a sacrifié sa vie pour l’intérêt général. Elle a également sensibilisé la population à ne pas oublier les enseignements de ce héros national qui n’a prêché rien d’autres que l’éveil de la conscience, le changement des mentalités ainsi que l’amour du pays. «M’Zée Laurent nous a recommandé de ne jamais trahir le Congo», a-t-elle insisté, tout en soulignant que ce dernier a aussi appelé la population à la prise en charge. Au sujet de la balkanisation de la RD-Congo tant chanté ce dernier temps par les politiciens, Myriam Nguwa sensibilise les RD-Congolais, à tous les niveaux, à dire non à ce fléau car la RD-Congo est un pays uni. La vice-présidente de la ligue des femmes en charge des questions politiques a, à cette occasion, salué le sacrifice consenti par Patrice Emery Lumumba qui est allé jusqu’à mourir  pour le bien-être de sa population. Elle a également invité les politiciens actuels à ne pas travailler pour leur propre ventre mais plutôt à emboiter le pas à Patrice Emery Lumumba. Par rapport à la représentativité des femmes dans les institutions de prise de décision, Myriam a affirmé que le quota de 30% n’est pas encore atteint. «L’Assemblée nationale est composée  seulement de 50 femmes élues qui ne représentent que 10,3% et, au gouvernement, il n’y a que 12 femmes qui représentent 17% des femmes sur 100%», a-t-elle regretté. Par ailleurs, elle a invité Félix-Antoine Tshisekedi, Président de la République, à tenir compte de la parité homme-femme lors de la nomination des mandataires publics et des ambassadeurs comme prévoit l’article 11 de la Constitution de la République dans son alinéa 4. Car, pour elle, c’est aussi une façon d’instaurer un Etat de droit.

Mymye MANDA