ActualitésDossier à la UneNation

Exploitation minière artisanale: Muyej organise le Centre de négoce de Musompo

Au Lualaba, le gouvernement provincial entreprend de trouver une solution durable aux doléances des partenaires miniers, très souvent inquiétés par les incursions des creuseurs artisanaux dans leurs concessions.

Le gouverneur Richard Muyej se lance le défi de réformer le secteur de l’artisanat minier via la construction du Centre de négoce de Musompo, un marché des minerais issus de l’exploitation artisanale créé par l’autorité provinciale afin de réglementer la vente des minerais de Kolwezi et ses environs. La visite de cet important projet a eu lieu le vendredi 14 juin.

Accompagné des autorités locales, des partenaires miniers, des responsables des banques et institutions financières de la place, le gouverneur du Lualaba a visité divers compartiments de ce cette structure à triple objectif. Le premier: assurer la traçabilité physique et documentaire des minerais du puits jusqu’au centre de négoce. Le deuxième: mettre fin à la prolifération des dépôts illicites dans les quartiers résidentiels et les concessions privées. Le troisième: appliquer  les taxes dans les conditions régulières avec l’installation d’un guichet unique pour taxes et redevances.

Estimé à hauteur de 14 millions de dollars, le projet de Musompo est financé à 30%, soit 5 millions de dollars par la province. Construit sur un espace de 15 hectares, le centre comprend un restaurant, trois laboratoires, des toilettes publiques ainsi que quatre dépôts de 16×12m avec 4m de hauteur. Ces hangars ont la capacité de contenir 1200 tonnes des minerais, soit 32 camions des minerais par dépôt.

Richard Muyej pense ainsi installer un mécanisme efficace de lutte contre le coulage des recettes dans ce secteur vital et de contribuer à assurer le développement du Lualaba. «Tout compte fait, nous avons fait de l’exploitation minière  artisanale l’une des nos préoccupations parce que regorgeant plus de 170 000 exploitants artisanaux et dont la production avoisine les 20% des exportations des produits miniers de la province du Lualaba. En les organisant en sociétés coopératives, nous aurons en face des interlocuteurs valables et des partenaires pour l’encadrement de cette masse en majorité jeune», a fait savoir Richard Muyej à la faveur de cette visite.

Dans l’entourage du gouverneur, on souligne également que l’idée de la construction de ce marché est aussi une façon de décourager l’exploitation et l’accès d’enfants et des femmes vulnérables dans des sites miniers. On a longtemps déploré le regroupement des exploitants artisanaux sur des sites résidentiels, entre autres cas de Kasulo et Tshipuki. Par sites résidentiels, il faut entendre sites non autorisés par l’Etat pour ce genre d’activité et, par conséquent, non contrôlés, et qui échappaient totalement aux règles de sécurité et d’exploitation reconnues universellement parce que les services spécialisés de l’État n’y étaient pas. Sur ses sites, on a noté la présence des personnes vulnérables, notamment des femmes et des enfants mineurs de Kolwezi et des provinces voisines du Lualaba.

AKM

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer