ActualitésNation

Musao juge positif le travail du bureau Mabunda

L’Assemblée nationale a abattu un grand travail lors de la session de septembre 2019. Elle a doté le pays d’un budget de l’Etat pour l’exercice 2020. Avant ce texte, les députés ont voté le projet de Loi portant reddition des comptes pour l’exercice 2018. Contrairement aux mauvaises langues qui croient que l’Assemblée nationale ne fait rien, plusieurs lois ont été votées au cours de cette session de septembre. Sous la direction de l’honorable Jeanine Mabunda, le Chambre basse a réalisé un travail satisfaisant. C’est en ces termes que le rapporteur de la Chambre basse du Parlement RD-congolais, Célestin Musao Kalombo, a expliqué à la presse jeudi 19 novembre 2019.

Célestin Musao Kalombo, rapporteur de l’Assemblée nationale, a tenu, jeudi 19 novembre, une conférence de presse pour expliquer le travail réalisé par sa Chambre parlementaire lors de la session ordinaire de septembre. «Depuis la mise en place du bureau définitif, le 24 avril 2019, dirigé par l’honorable Jeanine Mabunda, l’Assemblée nationale a abattu un grand travail. Elle a doté le pays d’un Budget de l’Etat pour l’exercice 2020. Le premier Budget du gouvernement de coalition», a-t-il souligné. Et de préciser: «avant l’adoption de la Loi des finances 2020, nous avons examiné et adopté le projet de Loi portant reddition des comptes pour l’exercice 2018. Les députés ont aussi voté beaucoup de lois. C’est le cas des projets de loi autorisant la ratification des accords de prêts ou de financement. Le premier sur l’appui au développement des micros, petites et moyennes entreprises. Les autres sur l’appui au bien-être alternatif des enfants et jeunes impliqués dans la chaine d’approvisionnement de cobalt; et celui sur l’appui au développement des chaines de valeurs agricoles dans six provinces. «L’Assemblée nationale n’a pas croisé les bras. Elle a mis en place des commissions permanentes et le Comité des sages. Le bureau a tout fait pour retourner les députés de l’Opposition qui avaient décidé de boycotter les travaux en plénière. Le bureau a organisé plusieurs rencontres avec les Caucus des députés de différentes provinces juste pour être au parfum de ce qui se passe dans leurs provinces respectives», a fait savoir Célestin Musao. A toutes les questions des journalistes, le rapporteur de l’Assemblée nationale a donné des réponses claires. Le rapporteur de l’Assemblée nationale n’a pas échappé à la question sur les pluies diluviennes qui ont causé mort d’hommes et dégâts matériels imports dans la ville de Kinshasa. «Après l’audition des deux membres du gouvernement sur cette question, la Chambre basse avait fait des recommandations à l’Exécutif national. Ces recommandations allaient dans le sens de prendre des dispositions utiles pour secourir les sinistrés. Comme vous le savez, c’est le travail du gouvernement de prendre en charge les populations victimes de ces catastrophes», a martelé Célestin Musao. Et au rapporteur de continuer: «l’Assemblée nationale a abattu un grand travail lors de la session de septembre 2019. Bien que budgétaire, cette session a connu beaucoup d’activités parlementaires». Selon le rapporteur Musao, les députés ont initié plusieurs propositions de lois qui seront examinées lors de la session ordinaire de mars 2020. Outre les textes de lois, les députés ont également initié des questions orales avec débat et des questions écrites à l’endroit du gouvernement. A la question de savoir si la tension qui ne cesse de battre son plein au sein de la coalition FCC-CACH et entre l’Assemblée nationale et le gouvernement peut pousser le Président de la République à dissoudre la Chambre basse du Parlement, Célestin Musao a répondu en ces termes: «Pour que le Président de la Réplique prenne la décision de dissoudre l’Assemblée nationale, il faut qu’il y est une crise persistante entre le gouvernement et la Chambre basse. Je dis bien crise persistante. Je ne pense pas qu’il y aura une telle crise qui permettra au Chef de l’Etat de consulter le Premier ministre et les présidents des deux Chambres du Parlement. Parce que le gouvernement est l’émanation de l’Assemblée nationale à travers la Majorité parlementaire. La Chambre basse devra faire son travail de légiférer et de contrôler l’Exécutif national. Mais s’il y a un membre du gouvernement ne fait pas son travail, il sera mis de côté après contrôle». Le travail de l’Assemblée nationale a été satisfaisant au cours de cette session de septembre.

Dorian KISIMBA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer