ActualitésCOVID-19Dossier à la UneNationSociété

Félix Momat:«il est plus qu’important de confiner puis désinfecter Gombe»

Fiché point chaud de la propagation du nouveau Coronavirus à Kinshasa, la commune de la Gombe entre en quarantaine et en confinement total dès ce lundi 5 avril 2020. La veille de l’application de cette mesure prise par le gouverneur Ngobila, le Dr. Félix Momat Kitenge, épidémiologiste et gynécologue obstétricien, a, sur les antennes de Géopolis TV, déclaré que cette décision vaut son pesant d’or. Le Dr. Momat est d’avis que cette démarche permettra aux différents services impliqués dans la lutte contre le Covid-19 de procéder à une série de dépistage et opération de désinfection de cette municipalité. «La commune de la Gombe étant l’épicentre du Coronavirus à Kinshasa avec près de 94% des personnes infectées, il est plus qu’important de confiner puis désinfecter cette municipalité», a-t-il soutenu. Le vice-ministre RD-congolais du Budget, Félix Momat, s’est dit confiant aux capacités de la cellule de riposte dans l’éradication complète du Covid-19 en RD-Congo. «La cellule de riposte à travers la commission de prise en charge a défini un protocole thérapeutique grâce auquel 80 % des malades ont manifesté des signes de guérison. Mais pour arriver à confirmer un traitement, il faut des études scientifiques», a-t-il souligné. Puis: «l’Université de Lubumbashi a aussi mis en place un protocole qui a été présenté au Président de la République. Et une demande a été faite afin d’intégrer le protocole de l’UNILU dans celui utilisé présentement». Ci-après, l’intégralité de l’intervention du vice-ministre du Budget, Dr. Félix Momat, sur les antennes de Géopolis TV.

Excellence, le COVID-19 est dans notre pays et certains RD-congolais semblent douter de sa réalité. Que pouvez-vous leur dire?

J’exprime tout d’abord ma compassion à toutes les familles touchées par cette pandémie. Ce n’est plus un secret, notre pays est effectivement frappé par la pandémie de Covid-19. La population doit croire à cette triste réalité et l’affronter en face à travers la mise en application des recommandations édictées par le Chef de l’Etat, le Gouvernement ainsi que les professionnels de la santé. Il s’agit entre autre de: se laver régulièrement les mains avec du savon ou les désinfecter régulièrement avec une solution hydro alcoolique, tousser dans un papier mouchoir ou dans le pli du coude, porter un masque si on présente des signes de maladie, se mettre à au moins un mètre et demi les uns des autres -distanciation sociale- et enfin le confinement, c’est-à-dire rester chez soi afin de se protéger et protéger les autres.  C’est la seule façon de faire barrière à la propagation du Covid-19.

Vous êtes aussi épidémiologiste -et gynécologue obstétricien-, quel traitement conseillez-vous?

Le traitement s’étale sur deux volets, le premier est préventif et le second curatif.

Sur le volet préventif, la distribution des masques en RD-Congo est une urgence et la sensibilisation de la population sur les gestes barrières une obligation. L’implication de la population dans la sensibilisation est toute aussi impérative. Mais pour prendre une mesure de masse appropriée, il est plus qu’important et urgent de procéder au confinement. Mais il ne faudrait pas que cela ait un impact négatif très fort sur la population tant sur le plan économique culturel et social. Cette mesure doit impérativement commencer par la commune de la Gombe, épicentre du Coronavirus à Kinshasa avec près de 94 % des personnes infectées. On y trouve aussi le plus grand nombre des contacts tant directs et indirects. Etant de ce fait une commune dangereuse. Mais d’ores et déjà, il faut songer à confiner très prochainement les autres communes où des personnes infectées ont été signalées ainsi que des provinces se retrouvant dans ce cas.

Sur le volet thérapeutique, il ne m’appartient pas d’émettre un jugement de valeur. Cette responsabilité revient à la cellule de riposte à travers la commission de prise en charge de trouver des solutions. Chose qui est fait avec la définition d’un protocole thérapeutique grâce auquel 80 % des malades ont manifestés des signes de guérison. Mais arriver à confirmer un traitement, il faut des études scientifiques. Aujourd’hui l’espoir est permis parce que le protocole utilisé par la cellule de riposte donne des résultats positifs. De l’autre côté, l’Université de Lubumbashi a aussi mis en place un protocole qui a été présenté par le Président de la République. Et une demande a été faite afin d’intégrer le protocole de l’UNILU dans celui utilisé présentement.

Comment faire pour nous donner les chances d’une victoire sur le Covid-19?

En dehors de toutes les importantes actions menées et énumérées précédemment, c’est par la méthode participative qui peut nous donner des arguments pour vaincre cette pandémie. C’est de cette manière que nous avons vaincu le Cholera, Ebola… Nous devons donc inviter la population à croire en ce qui est fait par le Gouvernement, la cellule de riposte…Il ne faudrait pas non plus attendre longtemps afin de croire à l’existence de cette pandémie en RD-Congo.

Retranscrit par Brice NLANDU

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer