ActualitésNation

RDC : Mabunda donne le ton avec Minembwe

Trois membres du gouvernement étaient attendus la semaine prochaine à l’Assemblée nationale. Mais un seul a été élu pour passer à l’Hémicycle. La Chambre basse du Parlement n’a retenu que l’interpellation du ministre d’Etat, Azarias Ruberwa, pour éclairer le peuple RD-congolais sur la question Minembwe. C’est ce qui ressort de la plénière du jeudi 15 octobre 2020 dont l’ordre du jour portait sur l’opportunité de l’interpellation des membres du gouvernement de la République.

En fait, la première interpellation concernait le Premier ministre, Sylvestre Ilunga Ilu,kamba, sur les questions d’actualité dont le dossier Minembwe. La deuxième visait la ministre d’Etat et ministre des Affaires étrangères, Marie Tumba, pour le problème des passeports et la troisième, c’est celle du ministre d’État en charge de la Décentralisation sur l’affaire Minembwe.

Après un débat houleux, la plénière a retenu le ministre d’Etat Azarias Ruberwa parce qu’il doit permettre à la population, à travers ses élus, de comprendre cette question qui fait couler ancre et salive. En adoptant le grand débat démocratique autour de Minembwe, l’Assemblée nationale prouve à suffisance qu’elle reste le véritable temple de la démocratie. La RD-Congo qui a placé son cap sur la voie de la démocratie parce qu’ayant compris que l’un des principes chers à un régime dit démocratique reste le débat participatif et responsable surtout en ce qui concerne la gestion de la Res Publica.

L’Assemblée nationale étant l’émanation du peuple souverain ne peut nullement se soustraire à cet exercice qui constitue la vitalité même de la démocratie. Sans débat, sans contradiction, aucune avancée démocratique n’est possible. Et la Chambre basse du Parlement RD-congolais l’a déjà compris comme en témoigne la programmation de l’interpellation du ministre d’Etat en charge de la Décentralisation sur une question jugée sensible par certaines langues.

L’unanimisme que bien de gens ont voulu imposer au peuple RD-congolais est une dérive qui ne saurait sauvegarder les acquis démocratiques, fruits de plusieurs décennies de souffrance et de sacrifices de toutes sortes. L’Assemblée nationale étant le creuset de la démocratie par excellence demeure le lieu où les élus du peuple expriment leurs opinions dans le strict respect de l’art. C’est dans le cadre de l’une de ses missions constitutionnelles, contrôler le gouvernement, que l’Assemblée nationale veut aider le peuple à avoir des réponses idoines à toutes les questions qu’il se pose sur Minembwe.

«Toute la lumière doit être faite autour de ce feuilleton pour que notre peuple recueille le maximum d’informations y afférentes et qu’aucune manipulation ne soit possible», a soutenu un député rencontré dans les couloirs du Palais du peuple à l’issue de la plénière. Et d’ajouter: «tous ceux qui de loin ou de près sont impliqués dans les mauvaises décisions sur cette entité doivent s’expliquer face aux représentants du peuple congolais qui doivent en tirer toutes les conséquences. Le débat citoyen et responsable sera toujours au centre de l’approche de la représentation nationale dans le strict respect de la Constitution et des lois de la République». La semaine prochaine, l’Assemblée nationale permettra au peuple de comprendre le jeu et les enjeux qui sont au cœur de Minembwe. Le ton est déjà donné.

Dorian KISIMBA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer