Actualités

Lumuna Ndubu répond à Matata : l’Union sacrée de la nation sera plutôt un regroupement politique

Répondant à Matata Ponyo, ancien Premier ministre et membre du PPRD qui, dans le Forum des As N°6323 du lundi 11 janvier 2021 s’interrogeait si l’Union sacrée de la nation créée par le Président de la République, Chef de l’Etat Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo n’était pas un FCC bis et n’allait pas connaitre le même sort que ce dernier c’est-à-dire échec et disparition, Lumuna Ndubu répond que l’Union sacrée de la nation constituait plutôt un regroupement politique, doté de la personnalité juridique et disposant des statuts propres.

L’Avocat de profession, ancien commissaire du peuple, sénateur, vice-ministre de l’Intérieur et de la Sécurité du Territoire, vice-ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, chevalier de l’Ordre national du Léopard, ancien membre du MPR-parti-Etat et président du parti Droite plurielle -DP-RDC- avance plusieurs arguments à cet effet :

-La constitution de la République démocratique du Congo, notre pays, la loi portant organisation et fonctionnement des partis politiques ainsi que la loi électorale reconnaissent aux seuls partis politiques et regroupements politiques le droit de faire la politique, conquérir le pouvoir, l’exercer, et le conserver de manière démocratique;

– Seuls les partis et les regroupements politiques ont le droit de présenter les candidats aux élections à tous les échelons;

– Seuls les partis politiques peuvent constituer des regroupements politiques;

– Etant candidat à sa propre succession, conformément à l’article 70 de la Constitution, le Président de la République, Chef de l’Etat, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo ne peut faire de l’Union sacrée de la nation qu’un regroupement politique sur la liste duquel il pourra aligner sa candidature en 2023.


Lire aussi : « Ce que je pense », la tribune de Matata Ponyo

Autrement dit, Lumuna Ndubu estime que l’heure est venue où l’imbroglio ou panier à crabes réunissant partis politiques, regroupements politiques, sociétés civiles et personnalités doit prendre fin.

Chaque structure doit garder sa spécificité. Cela n’exclut pas cependant qu’une organisation de la Société civile ou une personnalité politique ne puisse soutenir la candidature du Président de la République à l’élection 2023 par ses membres agissant ut singuli c’est-à-dire individuellement.

Fait à Kinshasa, le 11 janvier 2021

LUMUNA NDUBU

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer