Actualités

Le député Mota: «Sécuriser les agents de la CENI, c’est leur donner un statut spécial»

La proposition de loi sur la Commission électorale nationale indépendante -CENI- prend déjà corps à l’Assemblée nationale, comme en témoigne le débat qui a eu lieu sur le rapport présenté par la Commission PAJ à la plénière du vendredi 28 mai 2021. Dans son intervention, le député Mota Ngaliema a invité la plénière et la commission à tenir compte de la stabilité des agents et cadres de cette institution d’appui à la démocratie en leur accordant un statut spécial.

«Les agents de la CENI doivent avoir un statut spécial qui leur permet d’être en sécurité pour la suite de leur carrière et de leurs avantages sociaux», a proposé Léonard Mota Ngaliema. Le député double brassard de la Tshangu s’est fait un grand avocat des agents de la CENI pour qui il tient mordicus à octroyer un statut spécial.

A la question de savoir pourquoi il a soutenu orbi et urbi que les agents de la Central électorale aient un statut spécial, Léonard Mota Ngaliema a répondu en ces termes: «Monsieur le journaliste, nous députés, sommes là pour légiférer. Et bien légiférer. Je tiens toujours au statut spécial pour bien sécuriser les hommes et les femmes qui travaillent depuis des années à la CENI. Ils doivent avoir ce statut pour bien sécuriser la suite leur carrière et ainsi voir leurs avantages sociaux être garantis. Aussi longtemps qu’ils ne l’auront pas, ils seront toujours à la merci du personnel politique». Et de renchérir: «parce qu’à l’article 25 de la proposition de loi sous examen, il est dit au point 10 que le président de la CENI procède à tout moment à l’engagement, au licenciement et dans le cas échéant à la révocation des agents administratifs et techniques de la CENI et sans dire de quelle manière il va aboutir à ces sanctions disciplinaires. Cela revient à dire que le prochain président de la CENI peut de son propre gré engager autant d’autres nouveaux agents administratifs et techniques parce que la loi le lui permet. Il peut donc révoquer tous ceux qu’il trouvera en place pour des raisons qui lui sont propres? Je pense que des agents qui ont un statut ambigu risquent d’être à l’abri des sollicitations et de la corruption surtout pendant les élections. Moi je dis non. En un mot comme en mille, je dirai non. Ces agents doivent avoir un statut spécial».

L’élu de la Tshangu tient à poursuive son combat jusqu’au niveau de la commission où il compte aller déposer ses amendements à ce sujet. Au point de savoir si le statut spécial devenu son combat, procure des avantages aux agents et cadres de la CENI, la réponse de Léonard Mota Ngaliema a été très claire: «Mon frère, quelqu’un qui sait qu’il peut avoir la fonction mais par le fait de son ancienneté, il peut avancer en grade, il va chercher à protéger sa carrière. Il va éviter la corruption. Il ne va pas répondre aux multiples sollicitations venant des hommes politiques et des candidats pendant les élections. Voilà pourquoi j’insiste pour que les agents de la CENI aient un statut spécial. C’est justement pour qu’ils soient sécurisés et qu’ils ne soient pas exposés à la corruption, au népotisme et au clientélisme surtout pendant les élections».

Dorian KISIMBA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer