ActualitésJusticeNation

Kinshasa: Sama lance les travaux de la 2ème réunion des ministres de la Justice de la CIRGL

C’est au nom du président de la République Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo que le premier ministre, Jean-Michel Sama Lukonde, a ouvert, le jeudi 16 juin 2022 à Fleuve Congo Hôtel, les travaux de la 2ème réunion des ministres de la Justice des États membres de la Conférence internationale sur la Région des Grands lacs -CIRGL.

La représentante spéciale des Nations unies pour la Région des Grands lacs, la Directrice du Programme de l’Institut international pour la justice et l’État de droit, le Secrétaire exécutif de la CIRGL et plusieurs autres personnalités tant de la RD-Congo que d’autres pays membres de la CIRGL prennent part à ces assises. Selon la ministre d’État en charge de la Justice de la RD-Congo, Rose Mutombo, cette deuxième réunion est une occasion offerte aux Etats membres de la CIRGL d’identifier les actions prioritaires à entreprendre pour une justice forte dans la Région des Grands lacs afin de mettre fin à l’impunité et rendre justice aux victimes des crimes les plus graves dans la Région des Grands lacs.

Pour sa part, le premier ministre Sama Lukonde a, dans son discours d’ouverture de ces travaux, déclaré que cette réunion se tient dans un contexte très particulier, marqué notamment par la détérioration de la situation sécuritaire dans l’Est de la RD-Congo. Il a rappelé que l’objectif pour lequel la CIRGL a été créée n’est pas encore atteint au regard notamment des conflits persistants dans la région.

«Dois-je rappeler que l’objectif de la CIRGL était de lancer un processus dans le cadre duquel les dirigeants des pays de la Région des Grands lacs chercheront ensemble à dégager un accord commun sur un certain nombre de principes basés notamment sur les relations de bon voisinage, la recherche de la stabilité des États membres, la paix et le développement dans la région. La création de la CIRGL constitue donc la réponse à la nécessité d’un effort concerté en vue de promouvoir la paix, gage de développement», s’est indigné Sama Lukonde.

Pour ce faire, a-t-il poursuivi, les Chefs d’Etat et de gouvernement des Etats membres se sont engagés à définir et à mettre en œuvre une série de programmes d’actions en vue de mettre fin au retour cyclique des conflits, et ce, comme je l’ai évoqué précédemment, pour apporter à l’ensemble de la Région une paix durable, la stabilité, la sécurité, la démocratie, et le développement.

«Loin s’en faut aujourd’hui au regard de la situation vécue dans la partie Est de la RD-Congo. En effet, c’est avec regret que je note que la détérioration actuelle de la situation sécuritaire dans la partie Est de notre pays particulièrement dans la province du Nord-Kivu est malheureusement le fait d’un des Etats membres qui, en violation des objectifs de notre organisation commune se trouve être à la fois, partie prenante et pourvoyeur d’une des forces négatives, mieux un groupe terroriste au regard de son mode opératoire, le M23 pour ne pas le citer», a déclaré le PM Sama Lukonde.

Loin de se décourager malgré cette situation des conflits, le premier ministre a évoqué la nécessité de poursuivre les efforts pour l’atteinte des objectifs assignés à la CIRGL.

«Doit-on pour autant céder au découragement quand on tient compte du noble objectif pour lequel cette organisation sous régionale a été créée? Non. La CIRGL présente plusieurs atouts, car elle est l’unique organisation sous régionale africaine qui réunit en son sein 12 Etats appartenant à différentes communautés régionales, à savoir: la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale -CEEAC-, la Communauté de l’Afrique de l’Est -CAE- à laquelle la RD-Congo a adhéré il y a peu, et, enfin, la Communauté de développement de l’Afrique australe -SADC. Ainsi, la CIRGL apparait-elle comme l’une des organisations sous régionales à même non seulement de mettre fin aux conflits, mais également de stopper la recrudescence de la criminalité transnationale grâce à son protocole sur la coopération judicaire du 1er décembre 2006», a-t-il signifié.

Selon lui, la persistance de l’impunité favorise, à coup sûr, un climat d’insécurité dans la Région des Grands lacs. «Les mesures telles que les directives qui feront l’objet d’adoption aujourd’hui contribueront à combattre l’impunité sur le plan régional. Ces directives aideront les États à assurer la poursuite et la condamnation de tous les individus contre lesquels il existe des preuves établissant qu’ils ont commis des infractions dans l’un des pays de la Région des Grands lacs et conséquemment, faciliteront leur mise en jugement pour autant que les États s’accordent sur une coopération mutuelle en matière d’enquête, de poursuite et d’échanges de renseignements et de documents. Cette réunion va permettre aux participants de partager les expériences sur les enquêtes judiciaires en cours dans la Région des Grands lacs pour de meilleurs résultats», a-t-il précisé.

Octave MUKENDI

Articles similaires

Laisser un commentaire

Fermer
Fermer