ActualitésSociété

Kinshasa : Ngobila réceptionne les résultats des études de faisabilité du projet de réhabilitation et modernisation du chemin de fer

Le gouvernement provincial de Kinshasa s’apprête à réhabiliter le réseau ferroviaire de la capitale RD-congolaise en vue de désengorger le secteur du transport dans la ville. Mardi 19 octobre dans la salle de réunions de l’Hôtel de ville, le gouverneur Gentiny Ngobila Mbaka, a officiellement réceptionné les résultats des études de faisabilité techniques de ce projet combien salutaire surtout pour la population kinoise du fait qu’il vise 3.000.000 déplacements par jour.

Mené par les entreprises SCTP, TCC et SINOHYDRO, ce projet consiste en la construction d’un réseau ferroviaire urbain de 300 kilomètres dans la ville de Kinshasa dont 75 kilomètres existants sont à réhabiliter et à moderniser. Ce projet va s’exécuter en 4 phases. La première part de la Gare centrale à l’Aéroport international de N’Djili, sur une longueur de 25 km. La deuxième phase concerne la plaine de Kinshasa en construisant un train urbain le long de grandes artères de la ville. Quant à la troisième phase, elle s’exécutera sur la boucle Kintambo, Mimosas – Kinsuka, UPN, Cité verte – Kimwenza, Matete. Et la dernière étape partira de l’Aéroport international de N’Djili jusqu’à Maluku. Selon le patron de l’entreprise Trans Connexion Congo -TCC- et promoteur du projet, l’objectif est de réaliser 3.000.000 déplacements par jour à la fin de la construction de la troisième phase du projet.

Projet permettra de venir à bout des embouteillages

Pour sa part, le gouverneur de la ville de Kinshasa, Gentiny Ngobila, s’est dit satisfait des études de faisabilité de ce projet de réhabilitation de la voie ferrée de la capitale. A l’en croire, la réussite de ce projet permettra de venir à bout des embouteillages sur les routes de Kinshasa, en désengorgeant le trafic.

Dans le cadre de la réalisation de ce projet ainsi que des études de faisabilité, la TCC, porteuse du projet en collaboration avec la ville de Kinshasa, a fait recours aux experts du chemin de fer qui travaillent en synergie en vue de remplacer les vieux rails datant de l’époque coloniale et qui ne répondent plus aux normes actuelles. Il s’agit notamment de la Société commerciale des transports et ports -SCTP-, ex-ONATRA, qui exécutera les travaux avec le financement de la Chine, de l’Italie ainsi que des entreprises françaises. Il y a également SINOHYDRO, une filiale de Power change qui compte plus de 47 projets déjà réalisés en RD-Congo. Sur la liste s’ajoute également ITALFER, une société anonyme d’ingénierie ferroviaire qui intervient sur les grands projets au monde.

OK

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page