ActualitésSports

RDC: Junior Ilunga dans l’histoire du noble art

Pour la première fois, la ceinture de champion du monde de la World boxing council -WBC-, une des 4 prestigieuses fédérations mondiales de boxe, se retrouvent sur les reins d’un RD-Congolais. Dans la soirée du vendredi 31 janvier dernier au Shark club de Kinshasa, Junior Makabu Ilunga a décroché la lune en venant à bout du polonais Michael Cislaec. En présence du Chef de l’Etat, l’invincible champion RD-congolais du noble art l’a emporté sur décision des juges après 12 round et face à un adversaire qui n’avait jamais goûté à la saveur amère d’une défaite -19 victoires en autant de combat pour le Polonais avant la bataille de Kinshasa. «Je sais que j’ai fait un combat difficile. Je suis content de pouvoir accomplir ce à quoi je pensais depuis des années», a-t-il déclaré au micro de «RFI». Sous une chaleur kinoise et loin de sa fraicheur hivernale, le pugiliste polonais a cédé aux enchainements du boxeur RD-congolais qui évoluait sur ses propres terres. «Je tiens à remercier le président de la République mais aussi le président de fédération pour avoir accepté que ce combat ait lieu ici chez nous», a-t-il lancé. A en croire Junior Ilunga, son heure était arrivée après le scénario de 2016, année à laquelle il avait perdue cette même ceinture devant les anglais. «Comme je l’avais dit en conférence de presse, je sentais la détermination en moi. Et cela m’a poussé à conclure que mon heure avait sonné», a-t-il fait savoir. Devant une foule hostile à son égard, le russe s’est tout de même montré dangereux. Lors des deux premiers rounds, il a réussi à toucher le RD-congolais à plusieurs reprises. Mais la résistance du pugiliste RD-congolais, boosté par l’encouragement du public kinois venu en bloc a parlé. Car, l’athlète RD-congolais a résisté devant le russe jusqu’au 12ème round. Une étape que Michael Cislaec n’a jamais atteint dans sa carrière. «Le combat était bien préparé techniquement. Allez-y comprendre que j’étais surentrainé. Et aussi, j’étais face à un adversaire qui n’a jamais perdu et il m’a fallu combattre intelligemment avec toute mon expérience pour gagner. Il n’a jamais fait 12 rounds et je devais l’emmener vers cette direction pour remporter la victoire», a-t-il dit. Et de conclure: «Je savais que je devais être champion du monde. Je me suis entrainé pour 12 rounds et je savais qu’au bout de ces rounds j’allais gagner. Je n’ai jamais combattu un adversaire aussi résistant devant moi. Car j’ai toujours fait constater les dégâts des mes points à mes adversaire par K.O. Certains se sont cassés le nez et d’autres les dents».

Roddy Grâce BOSAKWA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer