ActualitésEcofin

Jean-Lucien Bussa normalise le commerce entre la RD-Congo et la Zambie

Sous la direction du ministre d’Etat RD-congolais en charge du Commerce extérieur, Jean-Lucien Bussa Tongba, et de son homologue zambienne, Margaret Mwanakatwe, il s’est tenu, mardi 19 décembre 2017 à l’Hôtel du Gouvernement à Kinshasa, la réunion bilatérale d’évaluation sur les mesures de normalisation du commerce entre la RD-Congo et la Zambie. Au terme de cette réunion, les deux parties ont arrêté une série de mesures censées résoudre les problèmes d’intérêt commun relatifs au commerce. Il est ainsi prévu la mise en place d’un comité technique mixte chargé de l’opérationnalisation des travaux de l’érection du poste frontalier à arrêt unique à Kasumbalesa et le lancement officiel du Régime commercial simplifié -RECOS- au mois de janvier 2018 toujours à Kasumbalesa. Le ministre d’Etat au Commerce extérieur s’est estimé satisfait du bon déroulement de ces assises ayant permis de trouver des solutions durables aux mesures qui ont affecté la fluidité normale du commerce entre les deux pays. Ainsi, il reste convaincu que «les échanges commerciaux entre la RD-Congo et la Zambie doivent être consolidés dans ce double sens: préparer nos deux pays à tirer le maximum des profits du commerce international et favoriser l’émergence de nos deux économies respectives».  
 
Capitale de la RD-Congo, Kinshasa a abrité, mardi 19 décembre 2017, la réunion bilatérale d’évaluation sur les mesures de normalisation du commerce entre la RD-Congo et la Zambie. Sous la direction du ministre d’Etat RD-congolais en charge du Commerce extérieur, Jean-Lucien Bussa Tongba, et de son homologue zambienne, Margaret Mwanakatwe, cette réunion, après différentes séances de travail entre les experts de deux parties, a débouché sur des mesures devant permettre de résoudre les problèmes d’intérêt commun relatifs au commerce. Ces problèmes ayant découlé des mesures, prises par les deux pays, qui ont affecté la fluidité normale du commerce. Ainsi, les deux parties se sont convenues de la mise en place d’un comité technique mixte chargé de l’opérationnalisation des travaux de l’érection du poste frontalier à arrêt unique à Kasumbalesa, du lancement officiel du Régime commercial simplifié -RECOS- au mois de janvier 2018 toujours à Kasumbalesa et de sa vulgarisation. Aussi, les délégations RD-congolaises et zambiennes ont résolu de mettre en place un comité regroupant les experts de douanes de deux pays pour la rationalisation et l’harmonisation de systèmes informatiques dont la première réunion est prévue au mois de janvier 2018 à Lusaka, capitale de la Zambie.
RD-Congo et Zambie, deux pays au destin commun
Un autre comité technique sera institué avec pour mission la résolution des questions de transit du bois rouge RD-congolais, appelé Mukula, sur le territoire zambien. Ce comité devra également baliser le chemin de la rencontre entre le ministre RD-congolais de l’Environnement et Développement durable et le ministre zambien des Affaires foncières et ressources naturelles, prévue en janvier 2018 à Kasumbalesa. «Le développement des mécanismes de lutte contre le fractionnement des marchandises et de la lutte contre la contrebande, ainsi que le suivi permanent de la mise en œuvre des décisions du communiqué conjoint du 17 novembre 2017 à travers des contacts directs et continus», figurent aussi dans le chapelet des décisions prises lors de cette réunion bilatérale. Bien avant le démarrage des travaux, le ministre d’Etat en charge du Commerce extérieur, Jean-Lucien Bussa Tongba, a tenu à souhaiter la bienvenue en RD-Congo, «terre de grande hospitalité», à la délégation zambienne, conduite par la ministre du Commerce et industrie, Margaret Mwanakatwe. Pour Jean-Lucien Bussa, rien ne peut séparer la Zambie de la RD-Congo, car, a-t-il expliqué, tout place les deux pays dans un destin commun. Tout en estimant que la RD-Congo et la Zambie ont du commun sur les plans géographique, géostratégique, culturel, socio-anthropologique et même morphologique, Bussa est convaincu que le commerce reste le seul piédestal de toutes ces dimensions.
Favoriser l’émergence de l’économie de deux pays
«Si à l’heure des physiocrates, la terre était la seule assise de toute richesse des nations, alors qu’à l’époque de Schumpeter l’industrie a relayé l’agriculture pour les progrès de celles-ci, notre temps est marqué indéniablement par le commerce international comme levier générateur des externalités positives, de la croissance et de la diversification des économies, de la création des emplois des jeunes et des femmes, voire de la lutte contre la pauvreté», a laissé entendre le ministre d’Etat chargé du Commerce extérieur. Et de signifier: «les scientifiques et même les faits ont démontré que la seule façon de se prémunir ou de se défendre contre l’ouragan de la mondialisation est l’intégration économique. C’est former un tout cohérent, c’est être ensemble». A l’en croire, c’est cette volonté d’être ensemble qui a été à l’origine de l’appartenance de la Zambie et de la RD-Congo à la SADC, au COMESA et, dans un avenir proche, dans la zone de libre-échange continentale. «Ce qui nous condamne à comprendre les défis et à les relever ensemble», a lâché le ministre d’Etat Jean-Lucien, non sans marteler: «les échanges commerciaux entre la RD-Congo et la Zambie doivent être consolidés dans ce double sens: préparer nos deux pays à tirer le maximum des profits du commerce international et favoriser l’émergence de nos deux économies respectives».

Laurent OMBA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer