ActualitésSociété

RDC : La députée Mokolo cible le vice-ministre Moussa

Auteur d’une question orale avec débat adressée au Ministre des Hydrocarbures Rubens Mikindo Muyima, pour des actes jugés mal sains posés par son vice-ministre sur terrain, la députée nationale Tania Mokolo veut avoir des explications claires et précises sur la gestion de ce ministère. Une manière pour elle d’apporter sa pierre dans la construction d’un véritable Etat de droit.

En fait, le vice-ministre Moussa Mondo a fait arrêter et menotter un agent d’une société de téléphonie cellulaire qu’il a mis derrière son véhicule officiel pour avoir refusé l’accès à son équipe dans les installations de stockage du carburant appartenant à cette même société.

Justifiant les motivations de son initiative qui s’inscrit dans le cadre du contrôle parlementaire, cette élue de Makanza, dans la province de l’Equateur, a précisé: «je ne vise rien d’autre que l’intérêt du peuple RD-congolais de vivre véritablement dans un Etat de droit et d’être sécurisé. Rien ne plus. Parce qu’il n’est pas normal que sur son lieu de travail, qu’on puisse tout à coup disparaître pour se retrouver menotté et être mis derrière un véhicule de fonction sans raison. Et tout l’après-midi, votre famille vous cherche, ne vous trouve pas et continue de s’inquiéter. Et après vous réapparessez le soir sans raison.  Non. Le peuple doit se sentir et vivre dans un pays sécurisé».

Et de souligner: «nous sommes dans un Etat de droit. Notre Chef de l’Etat l’a bien martelé. Nous tous, nous devons apporter notre pierre pour que cet Etat de droit existe réellement parce que ça ne se fera pas tout seul. Nous devons participer et mettre la main à la pâte pour que chaque RD-Congolais soit en sécurité dans son pays».

Très touchée et indignée par les actes posés par le vice-ministre des Hydrocarbures à l’endroit d’un agent de service de stockage des hydrocarbures, la députée nationale Tania Mukolo a jugé utile d’être édifiée sur base des explications que devra fournir ce membre du gouvernement à travers cette question orale avec débat. «L’ordonnance n° 20/017 du 27 mars 2020 fixant les attributions des Ministères, reconnait-elle au vice-ministre les prérogatives de contrôler le niveau et la qualité du carburant sur terrain sur son propre chef? Si oui, aviez-vous autorisé personnellement cette descente de votre vice-ministre? et quel en était le sens?».

Voilà des questions pour lesquelles la députée nationale Tania Mokolo attend des réponses claires et précises du Ministre des Hydrocarbures.

Dorian KISIMBA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer