ActualitésCOVID-19Dossier à la Une

Covid-19: José Mpanda fonce vers une solution made in DRC

La levée des boucliers de José Mpanda, ministre de la Recherche scientifique, contre la Covid-19 commence à porter du fruit. Le ministre Mpanda qui a mobilisé les chercheurs en vue de vaincre la maladie du siècle, peut se targuer d’avoir impulsé la mise en place des protocoles made-in DRC. Cinq protocoles ont été exposés, samedi 30 mai, à l’attention du ministre de la Recherche scientifique, José Mpanda, et de son collègue à la Santé publique, Dr. Eteni Longondo.

Au nombre des exposants, le Dr. Jérôme Munyangi, récemment revenu au pays pour prêter main forte à l’équipe de riposte contre le nouveau Coronavirus. Le chercheur RD-congolais a développé sur son «Artemisia Annua», plante médicinale non toxique aux effets antipaludéens et antiviral. L’avantage de son protocole, déjà utilisé dans d’autres syndromes respiratoires aigus sévères -SRAS-avec efficacité, est d’inhiber l’entrée du virus dans la cellule.

«Doubase C» est dans le registre des protocoles soumis à l’appréciation du Pool scientifique, récemment mis en place pour répondre à la vision du Chef de l’Etat de vaincre la Covid-19 par une solution propre à la RD-Congo. Œuvre de Kabengele, le Doubasec est un antiviral à large spectre, fabriqué à base des plantes médicinales RD-congolaises et couvert par une autorisation de mise sur le marché.

Bela Unilu, œuvre collective de 20 chercheurs de l’Université de Lubumbashi -UNILU-, a le mérite d’avoir des vertus préventives et curatives. Dans son aspect préventif, Bela Unilu, avec ses trois molécules, fait intervenir les interférents alpha, la chloroquine et les antioxydants. Dans son aspect curatif, le protocole des Kassapards prévoit l’usage des interférents alpha, les interférents gamma, la chloroquine et les antioxydants.

Des méninges du docteur Vangu Lutete est sorti le «Citroplex-N Fival», un antiviral utilisé en association avec un antipaludéen, un antibiotique, un antipyrétique et un antioxydant. Quant au chercheur Adonis Mpungu Kashasa, il a mis au point le «Sickle Cell Solution», produit à base de sept plantes naturelles comestibles et riches en polyphénols. Ce protocole, déjà utilisé efficacement contre la drépanocytose, a des effets antiviral, antibiotique, bronchodilatateur, rétro-protecteur et antioxydant.  

Cinq protocoles déjà conçus, José Mpanda n’a pas caché sa fierté d’avoir stimulé les chercheurs RD-congolais à trouver une solution RD-congolaise contre la maladie à Coronavirus. Aujourd’hui, la synergie créée commence à donner du bon fruit. «L’idée est de faire une synergie scientifique d’appui au Professeur Muyembe qui est au front. Tout ça c’est pour concrétiser la vision du Chef de l’Etat, Son Excellence Félix-Antoine Tshisekedi, sur la riposte contre la Covid-19. Le souci du Chef de l’Etat que nous voulons ainsi concrétiser c’est de trouver une solution à la congolaise. Donc l’idée est de féconder les professeurs et autres chercheurs en vue de trouver à notre population en détresse, une solution à cette maladie», a expliqué José Mpanda, fier d’avoir joué un rôle clé pour booster la recherche scientifique en RD-Congo.

A la suite des exposés, un débat a été initié. Il en est ressorti que la nécessité est de retenir un protocole, parmi ces 5 protocoles ou autres à venir, dont la production sera financée par des ressources locales.

Coordonnateur du Secrétariat technique de lutte contre la Covid-19, le Dr. Jean-Jacques Muyembe n’a eu autre réaction que de saluer ces protocoles élaborés par des fils du pays. Il a insisté sur le fait que la pandémie du Coronavirus doit être l’occasion, pour différents ministères, mais surtout celui de la Recherche scientifique et innovation technologique, de viabiliser les centres, instituts et laboratoires de recherche. «Nos universités doivent cesser de fonctionner comme si elles étaient des instituts supérieurs qui dispensent seulement des enseignements sans recherche, sans développement», a-t-il soutenu.

Et de conseiller les auteurs des protocoles proposés au Pool scientifique: «Vous ne pouvez pas être à la fois le producteur de Doubasec et être en même temps celui qui essaye le Doubasec. Il y a un conflit d’intérêt là-dedans. Ce n’est pas vous qui allez mener des essais cliniques, mais plutôt un groupe indépendant qui va le faire, mais aussi un autre groupe indépendant chargé de la pharmacovigilance ainsi qu’un autre d’ESNB. Voilà comment nous allons mener ces essais cliniques».

Dans l’assistance, certaines personnes n’ont pas manqué de féliciter le ministre José Mpanda Kabangu pour l’effervescence créée autour de la recherche scientifique et de l’encourager à maintenir cette fièvre même après la pandémie.

L’occasion faisant le larron, chercheurs, participants et membres du Pool scientifique ont insisté sur le respect des mesures barrières, qui, de leur avis, doivent être renforcées et contraignantes pour diminuer le coût de la prise en charge.

Tino MABADA

Articles similaires

Fermer
Fermer