ActualitésPolitiqueSociété

Aux consultations de Fatshi, la Fondation katangaise oppose un dialogue national sous l’égide de l’ONU

Dans l’espace Katanga, les consultations que mène le Président de la République semblent ne pas être bien accueillies. Dans cette région, l’on affiche plutôt une posture favorable à «un dialogue national sous l’égide d’une facilitation internationale ONU-UA-UE avec l’assistance des organisations régionales et sous-régionales». C’est ce qui ressort de la déclaration rendue le samedi 7 novembre 2020 à Lubumbashi par la Fondation katangaise relative à sa participation aux consultations organisées par le Président Félix Tshisekedi.

«La Fondation katangaise trouve opportune et salutaire pour le peuple RD-congolais, l’organisation d’un dialogue national en vue de renforcer l’unité et la cohésion entre les filles et fils de la RD-Congo et d’asseoir durablement la paix dans notre pays», lit-on dans cette déclaration conjointement signée par Raphaël Mututa Mistala et Joseph Kasongo Mulongoy, respectivement président national et secrétaire général de la Fondation katangaise. La proposition de cette organisation composée des communautés socio-culturelles de l’espace katangais n’est pas le fruit du hasard.

Elle est consécutive à un constat fait par celle-ci. Ce constat expose que «la crise politique qui secoue la RD-Congo oppose les regroupements politiques autour des préoccupations ci-après: pour le CACH, le FCC bloquerait les actions du Président de la République; pour Lamuka, la priorité est la vérité des urnes et le non-respect des accords par le Président de la République; pour le FCC, c’est fondamentalement les violations de la Constitution par la Président de la République et le non-respect des engagements».

La situation se présentant de cette manière, la Fondation katangaise a estimé que «l’une des parties au conflit ne saurait proposer seule les solutions» et a pris solennellement son engagement devant Dieu et la Nation en proposant une voie de solution et règlement pacifique du conflit. La Fondation katangaise a promis de demeurer mobilisée «pour défendre la démocratie, la Constitution et les lois de la République» et de recourir «à toutes les voies de droit, à toute option ou toutes tentatives tendant à saper les prérogatives constitutionnelles du Président de la République, du Parlement, du gouvernement ainsi que l’indépendance du pouvoir judiciaire».

LOI

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer