Balkanisation et guerre contre le Rwanda prônées par Lamuka: Sesanga tance Fayulu et Muzito

0

Delly Sesanga est contre toute idée d’organiser une conférence internationale sur la balkanisation de la RD-Congo. Il a ainsi répondu à Martin Fayulu qui a proposé l’idée de tenir ce forum, lors de la cérémonie d’échange de vœux organisée, samedi  18 janvier 2020, au siège de son parti Envol. A cette question précise, l’élu national de Luiza n’est pas allé par quatre chemins. «Cette idée semble faire écho à ceux qui demandent la révision des frontières. Comment prétendre défendre l’intégrité du territoire et l’indépendance nationale, et en appeler à la convocation d’un forum sur la balkanisation qui serait l’occasion aux larrons de donner une forme préliminaire à telle revendication? C’est une idée abominable qui ne devrait pas germer dans la tête des RD-Congolais», a martelé le président national d’Envol.

Par la même occasion, Sesanga a également répondu à Adolphe Muzito qui a proposé l’option de la guerre contre le Rwanda. «Il n’est pas question d’aller en guerre contre un pays voisin. Non. La vraie guerre, nous devons la mener contre le manque de cohésion interne, la désorganisation administrative, la corruption, le clientélisme et le népotisme qui ont gangréné l’appareil de l’Etat et affecté son outil de défense», a-t-il souligné. Et d’ajouter: «La RD Congo est faible des menaces des pays voisins au demeurant, permanentes, que des fragilités internes que nous devons combattre».

Dans son message, le président national d’Envol était plus précis: «Sur le plan politique, nous continuons à porter notre  combat en cette année nouvelle sur deux fronts à savoir: la révision constitutionnelle et la réduction du train de vie de l’Etat». Pour ce qui est de la révision de la Constitution, il a fait savoir que ce combat doit être guidé par trois principes. «La révision de la Constitution ne doit pas être conduite au service des intérêts partisans d’un camp contre un autre. Seul doit prévaloir l’intérêt général du pays et les valeurs qui sous-tendent la Constitution de 2006», a-t-il expliqué. Et de compléter: «Cette révision doit se faire dans le respect des acquis, qu’il faut se garder de détricoter et la recherche d’un consensus du pays, de la classe politique, de la société civile et de l’ensemble de la population. Elle ne doit pas être l’occasion pour ses pourfendeurs  de porter les coups de canif pour confisquer la souveraineté du peuple».

A tous les membres de son parti, il a demandé d’être vigilants et débout étant donné que le combat n’est pas terminé. Pour ce qui est de la réduction du train de vie de l’Etat, l’Envol invite l’ensemble de la classe politique à prendre conscience de la démesure du coût de fonctionnement de l’Etat et de l’effet d’éviction qu’il exerce sur les investissements de base comme les routes, les hôpitaux et les écoles. «Les limites de la décence ont été franchies», a regretté Delly Sesanga. Et d’ajouter: «Le creusement et l’accroissent des inégalités dans notre pays entre les dirigeants et la population n’a d’égal que l’enrichissement sans cause des dirigeants, et le privilège du pouvoir».

Quant à l’idée d’organiser une conférence internationale sur la balkanisation, Delly Sesanga qui n’est pas allé par deux chemins, l’a qualifiée de pernicieuse. «Cette idée semble faire écho à ceux qui demandent la révision des frontières. Comment prétendre défendre l’intégrité du territoire et l’indépendance nationale, et en appeler à la convocation d’un forum sur la balkanisation qui serait l’occasion aux larrons de donner une forme préliminaire à telle revendication? C’est une idée abominable qui ne devrait pas germer dans la tête des rd-Congolais», a tapé le président national d’Envol.

A tous les membres d’Envol, le président national a souhaité une bonne et heureuse année 2020. Après ce grand oral, c’était le tour des échanges de vœux entre le président national et les membres de son parti.

Dorian KISIMBA