ActualitésJustice

RDC : Les avocats de Samih Jammal dénoncent un procès politique

«La dernière sortie médiatique du Secrétaire général de l’UDPS, Augustin Kabuya, vient mettre de l’eau au moulin». C’est la quintessence du point de presse des avocats de l’homme d’affaires Samih Jammal. Ils notent que le SG Kabuya confirme ce qu’ils dénonçaient: «le procès 100 jours est essentiellement politique».

«En effet, les déclarations de ce haut cadre du parti au pouvoir sur l’implication du Front commun pour le Congo -FCC- dans la poursuite et la condamnation du Directeur de Cabinet du Chef de l’Etat, conjointement avec leur client, Samih Jammal prouve, encore une fois de plus, que ces poursuites avaient des visées hautement politiques», démasquent-ils. Le collectif d’avocats dit avoir retenu une phrase dans les propos d’Augustin Kabuya: «…Si le Président de l’UNC est en prison, c’est l’œuvre du FCC…».

Pourtant, rappellent-ils, depuis le début de cette affaire, Samih Jammal affirmait que différents conteneurs des maisons préfabriquées étaient bloqués dans différents ports depuis plus de 12 mois, notamment celui de Dar-es-Salam en Tanzanie -185 conteneurs- et celui de Lobito en Angola -167 conteneurs- pour ne citer que ceux-là. «La commission gouvernementale qui a été instituée à cet effet récemment, a également confirmé en des termes clairs l’existence des maisons préfabriquées en Angola, en Tanzanie et en RD-Congo où existent d’ailleurs plusieurs procès-verbaux de constat des différents Tribunaux de grande instance», poursuit le collectif d’avocats de Jammal.

Et de renchérir: «le gouvernement avait même décidé de mettre sur pied une Commission d’experts pour examiner et évaluer cette question, dans l’objectif d’orienter l’action gouvernementale». Eu égard à ce qui précède, le collectif d’avocats reste serein pour la suite de la procédure au niveau de l’appel et est prêt à aller en cassation s’il n’obtient pas gain de cause. Il souhaite voir le véritable «Etat de droit», prôné par le Président de la République Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, se matérialiser par la relaxation pure et simple de Samih Jammal, qui est «un commerçant respectable et non un politicien».

Samih Jammal, âgé de 82 ans, a été condamné à 20 ans de travaux forcés. «Au stade actuel, l’intéressé qui est très malade, après avoir survécu à la Covid-19, est hospitalisé dans un centre médical de la place. Il a perdu près de 25 kgs», concluent ses avocats.

Tino MABADA

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer